Analogies

Intuitions
Intuitions

Une des caractéristiques des personnes HP est leur mode de raisonnement rapide fait d’analogies. Ils utilisent plus que d’autres leur cerveau droit.

Pour un rapide exposé de ce que représentent ces deux hémisphères cérébrales, et avant que la Fille n’écrive son propre billet sur le sujet, une introduction ici .

« L’hémisphère droit est analogique et intuitif :

  • Son approche est globale.
  • Son domaine est l’espace, il est spécialisé dans le traitement de la forme et de l’information graphique non-lexique, images, dessins, idéogrammes qu’il perçoit globalement. C’est donc lui qui est sollicité lors de la lecture globale.
  • Il ne perçoit pas la chronologie, les phrases complexes.
  • Analogique, il suit une logique binaire : conforme / non conforme (à la théorie présentée, ou tout simplement, aux données engrangées, etc.). C’est à partir de cette logique, extrêmement rapide, qu’il est capable de reconnaître ce qu’il connaît déjà. Dans un choix de propositions, il est capable de retrouver la bonne solution. Il fonctionne par associations d’idées, concrètes ou abstraites. C’est donc lui qui travaille dans les réponses aux QCM et la recherche de champs lexicaux. Analogique, il est incapable d’expression véritablement personnelle.
  • Travaillant par reconnaissance, c’est lui qui est responsable du rappel des informations déjà engrangées.
  • Il procède par tris et catégories.
  • Il peut établir des constats, et faire des observations brutes, mais ne peut les interpréter.
  • Intuitif, il est capable de faire des approximations.
  • Il a accès au sens des informations simples, mais pas à l’interprétation fine de données complexes : il est littéral.
  • Sa mémoire est donc littérale, qu’elle soit auditive (mémoire perroquet), ou visuelle (visualisation).
  • J. ECCLES, dont les travaux sur le cerveau ont été couronnés, comme ceux de W. SPERRY, par un prix Nobel, compare l’hémisphère droit à un “automate préconscient“.
  • Cet hémisphère accède au sens cependant, mais de façon intuitive et globale, dans une zone qui est symétrique de l’aire de Wernicke.
  • Procédant par bonds intuitifs, il émet des hypothèses, qu’il ne peut vérifier, si la vérification demande une analyse ou une interprétation.
  • Il procède ensuite par déduction, à partir de ces hypothèses, de théories ou de règles données.

Cela donne des résolution de problèmes de maths qui posent problème dès le collège. En effet, si ils ont la “connaissance” du résultat, ils n’ont pas l’appréhension du raisonnement qui les y a conduit.

Outre l’incompréhension des professeurs, voire leurs doutes quant à l’authenticité de la démarche, cela apporte au collégien (au lycéen, à l’étudiant..) une mauvaise note (car le raisonnement est aussi important voire plus que le résultat dans ces classes-là) et commence la spirale de l’échec.

Bon ok, la Fille use de raccourcis.. mais c’est un peu ça tout de même, ce schéma se répète trop souvent. Aussi la Fille insiste-t-elle chaque fois qu’elle le peut sur le raisonnement qui amène au résultat, quitte à déranger les neurones droits de la Zébrette!

La Fille faisait part des “intuitions” de la Zébrette en mathématiques.

Ce matin, le problème suivant “250 mètres de grillage coûtent 25€.Combien coûtent 5 mètres de grillages?“:Un grillage coûte 250€ pour 25 mètres. Quel est le prix de 5 mètres ? (Merci à Fridou qui a noté la coquille de l’énoncé!!!)

La Fille se demandait comment expliquer rapidement à la Zébrette le principe de la règle de trois. Mais elle n’a pas eu le temps de s’auto-répondre à sa question intérieure que la réponse fuse “ça fait 50€!”.

Bon.. ok… (La Fille avoue qu’elle vérifie mentalement que 250/25*5=10*5=50..). Mais la Fille insiste “Comment as-tu fait ?”.

“Ben c’est facile.. 250 c’est comme 25 sans le zéro, donc le résultat c’est 5 avec le zéro, donc 50”

La Fille a hâte de recevoir le livre commandé et expédié  (Profils neuropsychologiques des enfants à haut potentiel) !!!!!  :2thumbup

 

4 Commentaires

  • oh la la .. Merci Fridou!!!!
    J’ai lu ton comm et j’ai eu très peur. Un .. d’avoir expliqué un truc faux à la Zébrette, Deux.. de m’être trompée si fortement.

    Bon, ton hypothèse 1 est correcte.. C’est l’énoncé qui est faux (comme quoi je ne devrais plus faire confiance aveuglément à ma tête ou à mes doigts sur le clavier ). L’énoncé exact est:

    “Un grillage coûte 250€ pour 25 mètres. Quel est le prix de 5 mètres?”

    j’ai refait le calcul et demandé à mon mari qui m’a pris pour une folle… “Ben tu vois pas.. même La Zébrette a écrit le résultat 50€”… Lol

    Je vais corriger le billet de ce pas!

  • Sauf qu’à mon avis, il y a une erreur dans la résolution du problème (ou dans les données ?)….
    50 euros, ce serait pour 500 mètres (25*2, donc 250 * 2), et non pour 5 m !
    Si toi tu veux calculer, c’est 25/250 (pour savoir le prix d’un mètre) * 5=0.5 euro (ou 50 cts), ou en règle de trois 25*5/250.
    Mais l’erreur est humaine, et ça c’est un bon apprentissage ;)

    • Et sans erreur, Zébrette aurait probablement calculé “250, c’est comme 25 avec un 0, donc 10 m, ça fait un euro, alors 5 mètres, comme c’est la moitié, ça fait 50 cts”. La démarche était bonne !

Un Pingback

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :