(Être intellectuellement précoce, ou « surdoué », ce n’est pas toujours très facile. Voici le témoignage d’une madmoiZelle au Q.I. plutôt élevé.)

MadmoiZelle
MadmoiZelle

Voici un très joli témoignage découvert grâce à la perspicacité des Tribulations d’un Petit Zèbre .

Il aurait sûrement pu être écrit par nombre d’enfants ou d’adolescents HP.

Tout commence à l’école primaire, les maîtresses comblent d’éloge mes parents : je comprends vite, je suis très mature pour mon âge, j’utilise un vocabulaire très riche, dès qu’un de mes camarades subit une injustice j’accours en grande justicière, j’ai des raisonnements d’une logique imparable, je suis curieuse de tout et peux passer la récréation à dévorer un livre au lieu d’aller jouer avec les autres, j’apprends à compter plus tôt, j’apprends à lire très vite, je pose des questions sur tout et cherche à trouver les réponses par moi-même en faisant des expériences ou des recherches à la bibliothèque. Bref, je suis ce que l’on peut appeler une intello. Sauf qu’à côté de ça je m’ennuie. Je peste chaque année sur les 70% de révisions pour 30% d’apprentissage. Le reste ? « Tu verras plus tard« . Du coup je chahute, je fais le pitre au fond de la classe. Je suis insolente et je joue sur les mots pour avoir toujours raison. La maîtresse peut bien me punir, je finis toujours mes contrôles deux fois plus vite que les autres et ressors avec la meilleure note ; de toute façon, le meneur de la classe, c’est moi.

La suite de l’article, sur son passage au collège, au lycée, sa vie d’étudiante….

Une lecture qui effraie un peu la Fille… Qui espère que la Zébrette « échappera » à tout cela… Mais à force de lire ce genre de témoignages, elle croise fort les doigts…

2 thoughts on “Témoignage d’une THQI

  1. Les gens qui vont sur les forums et dans les associations sont bien souvent ceux qui ne le vivent pas bien. On ne parle pas de ceux qui vont bien. Pas assez.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :