(La précocité intellectuelle.. entre souffrance et surdouance)

La précocité intellectuelle, entre souffrance et surdouance
La précocité intellectuelle, entre souffrance et surdouance

Dans le chapitre « Education Nationale et Précocité Intellectuelle« , vous trouverez une présentation du rapport Delaubier, et un passage en revue de différents modes d’accueil expérimentaux des EIP (au collège, lieu/époque de tous les dangers) basé sur des hypothèses différentes :

  • Les EIP doivent rester entre eux et ne pas être avec les autres en classe
  • Ils doivent être mélangés aux autres car ils ont des problèmes de socialisation
  • Il faut les mélanger mais leur proposer un parcours individualisé pour éviter l’ennui scolaire

La Fille a été très intéressée par la règle des 4 accords (p 124) pour qu’un saut de classe se passe bien.

« Un QI ( … ) de 115 correspond globalement à une année ou une année et demi d’avance, il correspond aux enfants scolaires « doués » ». Ouf…. C’est dingue non ???? L’auteur ne préconise pas le saut de classe pour ces très bons élèves. Mais la Fille commence à comprendre (elle est un peu longue à la comprenette la Fille, si, si!). A comprendre pourquoi ses copines lui ont répété des années durant « mais moi aussi mon fils/ma fille s’ennuie à l’école« , « mais c’est normal de s’ennuyer à l’école » et se dit que ce type de réflexions ont ajouté à ses doutes et sa confusion et au relatif retard de détection de la Zébrette. Pourtant, elle comprend aussi qu’il est difficile de comparer l’ennui (ses causes et ses conséquences) entre un enfant qui a 115 de QI et un enfant qui a plus de 150… même si l’enfant ne peut évidemment pas se résumer à son QI.
« Tout enfant qui s’ennuie en classe n’est pas automatiquement un enfant précoce qui s’ignore (p 166) Et oui… alors comment faire passer cette notion autour de soi ? Pourquoi les amis à qui on essaie de confier ses doutes et ses craintes se pensent si souvent attaqués dans leur intimité, leur identité et pensent « moi aussi le mien en fait autant ».. Si vous leur parliez de l’exploit sportif de votre enfant ou de son premier prix de flûte traversière, il n’y aurait pas cette réaction.. et de parler d »intelligence » (avec les guillemets) de la même manière que l’on parle des dons sportifs ou musicaux, qu’est-ce que ça aiderait les enfants, les parents…

Le chapitre suivant peut être sauté selon l’auteur car un peu technique. Il concerne le bilan psychologique et psychométrique.. Euh..pas question que la Fille rate ce passage !!! Il ne lui  apprendra rien de plus, mais la Fille a déjà lu un peu tout ce qui se publie sur les tests psychométriques.  Les non-initiés y trouveront des explications claires et simples sur les tests passés par leur enfant. Et un très bon conseil aux parents sur la fin du chapitre….

Pour les enseignants de vos enfants : Photocopiez des pages utiles du livre, faites des résumés de ce qui vous a le plus marqué, de ce qui correspond le plus à votre enfant : ils n’ont pas que votre enfant en classe et n’auront pas le temps de lire tout le livre !

« En étudiant les programmes ( ndlr: de l’école primaire ) nous nous trouvons confrontées à des questions ( … ) :
– que doit apprendre l’EIP à l’école ? (sous-entendu qu’il ne sait pas déjà)
( … )
– ‘enfant précoce doit-il aller à l’école comme les autres ?
(..) ma réponse à ces questions ( … ) « votre enfant du fait de sa précocité intellectuelle ne fréquente pas l’école primaire pour les mêmes raisons que ses autres camarades et n’y apprend pas la même chose. » (p 152) Tout le chapitre est à lire….. instructif, intéressant et qui aide à donner du sens, celui qu’on cherche si longtemps parfois..

Traits de caractères fréquemment rencontrés chez les EIP en classe (p 160) … La Fille adore parce que délibérément Danièle Dufour a choisi de n’exposer là que les « mauvais » traits de caractères.. La fille sourit en songeant aux interrogations de ses copines « mais pourquoi oublie-t-il toutes ses affaires? » ou « pourquoi il fait une addition à la place d’une soustraction.. il sait bien ce qu’il faut faire !! ».. Ah vraiment, l’auteur connait bien nos chers petits zèbres!

Parents d’EIP, ceci est un avertissement (ndlr: au sujet de sa mémoire impressionnante) : « Faites très attention, tout ce que vous dites devant cet enfant pourra ensuite être retenu contre vous…(valable aussi pour tout adulte cotoyant un EIP) (p 167). Ah ça………. quel lecteur ne sourit pas ??? Et même ce que vous ne dites pas devant lui. La Zébrette couchée dans sa chambre au bout du couloir depuis belle lurette, les parents discutant très tranquillement devant la télé (donc avec un fond sonore) et qui entendent d’un coup « Quoi? qu’est-ce que vous avez dit au sujet de …. » ah ben non, elle ne dormait pas et elle n’en perdait pas une…Un exemple plus précis encore. La Fille n’a jamais parlé devant la Zébrette de sa passion avortée pour la médecine. La Fille a eu son bac à 16 ans, a toujours voulu faire médecine, mais à 16 ans, si sa maman célibataire refuse, vous ne faites pas. La Fille (qui a beauuuuuucoup plus que 16 ans aujourd’hui) en a parlé quelquefois avec le Gars, mais comme ils se connaissent depuis 25  ans, ça ne devait pas être une conversation récente et récurrente. Et un jour la Zébrette du haut de ses 5 ou 6 ans, qui lance en pleine réunion de famille à sa grand-mère que vraiment ce n’est pas bien d’empêcher sa maman de réaliser son rêve d’être médecin. Oups.. Promis la maman de la Fille.. la Fille a digéré depuis 30 ans et est passé à autre chose…. naaaan, la Fille n’en parle pas à la Zébrette tous les soirs au coucher!!!!.

Si vous voulez encore du vécu (extrait du livre cette fois), lisez le questionnaire de la soirée crêpes (p 168) … et cochez les cases 🙂 Non, il ne s’agit pas, en fait, de choisir la garniture confiture ou Nutella… mais de comprendre pourquoi votre EIP a oublié de noter ses devoirs pour la 3 fois de la quinzaine!!

« Parents et enseignants, s’il vous plait, ne grondez pas votre enfant distrait, cela ne sert à rien car il ne le fait pas exprès » (p 171) 🙂 Bon, la Fille va poster cela pour ses copinautes qui sont en train d’hésiter entre la privation de sortie ou la ponction de l’argent de poche pour remplacer le matériel égaré

Vous lirez page 172 les conseils de l’auteur pour lutter contre l’ennui (et surtout l’inattention qui en découle) pour les EIP.

« Loin d’être un enfant « Teflon » sur lequel tout glisse, l’EIP est souvent un enfant « Toile émeri » sur lequel tout accroche (p 174)

Allez, un dernier effort.. le dernier post sur le sujet est là

Enregistrer

2 thoughts on “Précocité intellectuelle (4/5)

  1. Si c’était ta voie, je m’en voudrai toujours.
    En fait, ce qui me faisait peur, c’était la longueur des études et leur coût.
    Mais, vois le bon côté des choses : tu n’aurais pas eu ta zébrette… :kisss

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :