Hugo

C’est Noël, et traditionnellement le moment des jolies histoires qui finissent bien.

Alors ne dérogeons pas à la tradition, même si l’histoire n’est pas terminée.

 

Grâce à l’analyse appliquée du comportement (ABA en anglais), une méthode pratiquée au centre spécialisé « Pas à pas » à Vedène, Hugo a pu être scolarisé et ne cesse de faire des progrès. Hugo est sur la bonne voie. Grâce au combat de Catherine, sa maman, qui a tout misé sur l’ABA et à l’association Pas à Pas.

C’est l’heure de la récréation. Il fait froid ce matin. Hugo a le bonnet vissé sur la tête. Il discute avec ses petites copines sous le préau. Il plaisante. Il échange. Rien d’atypique. Il est là parmi les autres. Hugo, 7 ans et demi, est en CE1 à l’école primaire Daudet à Vedène. Il est autiste. Qui aurait cru qu’il pouvait avoir une scolarisation classique ? Personne en fait. Sauf sa maman qui a tenté l’impossible et tous ceux qui ont fait confiance aux méthodes comportementales, comme la Teach ou l’ABA (Analyse appliquée du comportement), reconnues dans d’autres pays mais pas en France. C’est l’ABA, pratiquée à quelques mètres de l’école, dans un autre bâtiment, qui « sauvera » Hugo.

« J’aime beaucoup lire mais ce qui est difficile pour moi encore c’est le calcul… » répond Hugo en toute sérénité. Il vous dit ça droit dans les yeux et vous questionne : « Quand est-ce que Valérie fait la photo ? » Hugo est fier de faire partie de ce monde. Celui qu’il aurait pu rater si le hasard n’avait pas bien fait les choses. Si Catherine, sa maman, n’avait pas croisé la route de Jean-Claude, papa de Julia, autiste, et président de l’association Pas à Pas.

Un diagnostic lourd à entendre

Hugo avait 2 ans quand Catherine Mantel s’est inquiétée. « Il hurlait, ne dormait pas et ne disait pas un mot. » Après une année de silence de la part des professionnels, c’est à l’hôpital Duffaut d’Avignon qu’elle entendra le diagnostic. « On vous présente ça brutalement mais sans solutions derrière… » C’était en décembre 2008, Hugo avait 3 ans.

L’article complet est là .

La Fille n’y connait rien pas grand chose en matière d’autisme, même si le Gars lui dit souvent qu’elle l’est, mais elle ne compte plus les familles concernées qui rendent hommage à la méthode ABA.
Cette méthode nécessite des intervenants tous les jours, 8h/jour et n’est pas prise en charge…
Comment débourser 3000€/mois pour le commun des foyers ?
Et est-ce que ces frais ne seraient pas le plus sûr moyen de ne pas en avoir des bien plus lourds, bien plus longs si ces enfants ne sont pas aidés au plus tôt ?

Il n’y a malheureusement pas qu’en question de haut potentiel que la France a un sacré retard à rattraper….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :