Harcèlement Scolaire

Le Harcèlement Scolaire

Harcèlement Scolaire

Harcèlement Scolaire

Merci à Emmanuelle, copine de la Fille pour cette trouvaille qui parlera à tant d’entre nous…

Emmanuelle Piquet – Mieux armer les enfants contre le harcèlement scolaire

Issue du monde de l’entreprise où elle fût DRH pendant quinze ans, Emmanuelle Piquet, psychopraticienne et formatrice, exerce la thérapie brève et intervient majoritairement auprès d’enfants et adolescents. Elle est la cofondatrice du CRISS, le Centre de Recherche sur l’Interaction et la Souffrance Scolaire. À la fois centre de consultation, de recherche et de formation, ce lieu reçoit enfants, adolescents, parents et enseignants pour apaiser les souffrances et forme des professionnels de l’enfance à une meilleure gestion des interactions.

La Fille était déjà convaincue que c’était la solution, ces flèches en retour. Mais elle voudrait bien avoir un catalogue entier de flèches 🙂 🙂 🙂

Étiquettes : , , ,

5Commentaires

  • ZORRO dit :

    Je trouve simpliste et choquant. Bien sûr il faut donner des flèche, leur apprendre à se défendre, mais laisser entendre que les victimes seraient les responsables…
    Cette dame elle même avec tout son carquois ne survivrait pas longtemps dans la jungle.
    Sans vouloir être insolent, j’ai plutôt l’impression d’avoir à faire à un discours de gourou…

  • Alice Albert dit :

    Excellent ! Exactement ce que j’ai fait avec ma fille. Elle est d’abord passée par la psychologue, au terme de quelques mois elle a dit qu’elle n’avait plus besoin d’y aller parce que maintenant “elle pouvait se défendre”. A présent, lorsqu’une situation conflictuelle se présente, elle m’en parle et je la pousse systématiquement à affronter son persécuteur. On trouve ensemble des “flèches” bien senties, on rit, ce qui dédramatise. Elle a pris une certaine assurance à présent, malgré son hypersensibilité.

  • Zazaa dit :

    Intéressant… Ma zébrette est dans une classe avec 3 EIP au moins (et sans doute plus), dans un collège public accueillant de nombreux EIP.
    Au conseil de classe du premier trimestre, élèves délégués et professeurs évoquent la mauvaise ambiance avec “beaucoup de moqueries”. Comme elle ne m’en avait pas parlé, je lui pose la question. Je comprends qu’il y a une véritable partie de ping-pong entre groupes d’enfants. Il m’insulte, je lui réponds qu’il n’a pas de cerveau, etc, etc…

    Donc, les flèches ils connaissent ! Le fait que les EIP se retrouvent leur donne plus de force, certes…
    Je pensais qu’elle supportait, jusqu’à lundi dernier. La prof principale, après avoir parlé de harcèlement, leur a demandé de regarder “Petite Emilie” de Keen’V qui raconte le suicide d’une ado de 12 ans suite aux moqueries d’élèves de sa classe.
    Elle me parle principalement d’un garçon de sa classe, qui la harcèle et met ses copains à contribution. J’envoie un email à la maman qui en parle à son fils “Oui, mais elle le provoque !” Bref, les flèches, c’est pas si simple que ça…

    • La Fille dit :

      AH non, c’est pas simple les flèches… et en plus ça ne résoud pas tout. Et ce matin, j’étais un peu à la bourre pour écrire tout ce que je voualis.
      Mais si il est bon de laisser l’enfant se débrouiller… quand il y va de sa sécurité ou de sa santé mentale, il FAUT que l’adulte intervienne.

      Et moi la première qui ait eu un rv avec la maitresse de la Zébrette pour trouver comment elle pouvait mieux s’intégrer / être mieux intégrée.

      Mais quand vendredi une collégienne de 5° lui a balancé devant tout le bus, “xxxx elle raconte sa vie au chauffeur”.. la miss du haut de ses 9 ans tous neufs, elle a eu du mal.. et elle n’a rien répondu. Je crois que là, si elle avait eu une flèche.. ça aurait suffit 🙁

Laisser un commentaire