Stanislas Dehaene
Stanislas Dehaene

Les Sciences cognitives et l’éducation…..

La Fille tient à continuer le partage.. Elle l’a reçu d’une cybercopine, référente EIP de son académie… Et ces documents sont vraiment passionnants.

Le premier d’entre eux est l’intervention de Stanislas Dehaine, membre du collège de France sur comment les enseignants devraient tirer partie du fonctionnement du cerveau de l’enfant.

 

Aperçu biographique (source Wikipedia)

Ancien élève de l’École normale supérieure (1984-1989), de formation initiale en mathématiques puis mathématiques appliquées, il a effectué son doctorat dans le domaine de la psychologie expérimentale, sous la direction de Jacques Mehler, ce dernier ayant été l’un des rares promoteurs des sciences cognitives en France. Il a été élu membre de l’Académie des Sciences le 29 novembre 2005, et est professeur au Collège de France à la chaire de psychologie cognitive expérimentale1. Stanislas Dehaene est directeur de l’unité de Neuroimagerie Cognitive, unité mixte INSERMCEA à Neurospin dans l’Essonne.

Les travaux de Stanislas Dehaene, qui exploitent conjointement les méthodes de la psychologie cognitive et de l’imagerie cérébraleNote 1, portent sur les architectures cérébrales de l’arithmétique, de la lecture, du langage parlé, et l’accès d’information à la conscience2, ce qui l’a amené à s’intéresser à la dyscalculie et à la dyslexie3. Il a popularisé les recherches en sciences cogitives sur ces sujets dans deux livres: La bosse des maths et Les neurones de la lecture.

Stanislas Dehaene a bénéficié en 1999 d’une bourse de 1 million de dollars attribuée par la fondation Mc Donnell (en)4.

Des passages sur l’apprentissage de la lecture, ou sur l’écriture en miroir, entre autre, très intéressants…

Le pdf de son intervention est là…

Quels sont les mécanismes par lesquels l’éducation modifie le cerveau de l’enfant? Je tenterai de résumer quelques grands principes issus des sciences cognitives et applicables à la salle de classe. La psychologie cognitive et l’imagerie cérébrale soutiennent deux idées fortes : 1. L’enfant possède une vaste gamme d’intuitions précoces, notamment dans le domaine du langage et des mathématiques, qui servent de fondation aux apprentissages ultérieurs; 2. Dès la toute petite enfance, le cerveau est doté d’un algorithme sophistiqué d’apprentissage dont quelques composantes essentielles sont l’attention, l’engagement actif, la récompense, la détection d’erreur, l’automatisation et le sommeil. L’enseignement peut être considérablement amélioré lorsque l’enseignant tire le meilleur parti de ces ressources de l’enfant

Mais si vous préférez la vidéo…

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :