1, 2, 3, On saute!

Juin 2014

La Fille a reçu un message d’une amie ce matin… Un gentil message qui aurait dû la remplir de fierté maternelle mal placée.. mais qui l’a surtout remplie d’inquiétudes !!!

“T. , une gamine de CM2 m’a parlé d’une fille de sa classe qui a sauté 2 classes . Elle me dit ” c’est la première de la classe , elle n’a que des bonnes notes , on pensait tous qu’elle allait sauter la 6 ème , mais la maitresse nous a expliqué que c’est une classe d’intégration , qu’on ne saute pas . Mais bon …c’est sur elle sautera la 5 eme ! “

Euh… le fait que T. soit dans la classe de la Zébrette et qu’il n’y ait pas d’autres enfants avec deux sauts de classe… vous en dîtes quoi M. Watson ?

Alors non… la maman que je suis ne veut pas d’un 3° saut. “Mais pourquoi?” dit le Gars..

Ben parce que la Fille ne veut pas que son bébé parte de la maison à 15 ans… ça le fait ça comme explication !!!!! Egoïste ? Pô grave, la Fille assume.

Bien sûr on n’en est pas là et heureusement. Mais du coup, les affres de l’ennui scolaire possible vient emplir la tête de la Fille qui ne voulait pas penser à ça depuis longtemps. Bon, on se motive.. on trouvera des solutions… autres…

La Fille a montré le message à la Zébrette… pour sa confiance en soi qui a toujours du mal à grimper… Le sourire dessiné sur son visage, en relation avec la décharge d’endomorphine déclenchée par la vision de ce que pensait une fille de sa classe, voire d’autres.. c’était chouette !

Tu t”en doutais?
Ben non, comment aurais-je pu le savoir ? De toute manière, T. ne peut pas savoir si j’ai des bonnes notes ou pas… ce doit être des bêtises...”

Bon, le chemin est encore long pour qu’elle croit en elle….

Au passage la Fille a tâté le terrain pour avoir l’opinion (qu’elle connaissait un peu) de la Zébrette.. “Ah non alors, pas de saut sinon je n’aurais encore pas d’amis“. C’est “amusant”, c’est la première fois que cette composante entre en jeu 🙂

La Fille la rassure.. il n’y aura pas de saut!

Oui mais… si je m’ennuie trop on fera comment ?

C’est à ça que servent les maximes ou les citations… On s’y raccroche quand on sent que ça ne va pas… “Le pire n’est jamais certain!!!

 

 

Enregistrer


Juin 2016

Le collège est arrivé, depuis 2 ans déjà, mais dès le mois de Janvier 2015, Zébrette disait “Ça y est. Je croyais qu’on faisait des révisions. Mais je le sais maintenant, c’est foutu ! Je n’apprendrai rien cette année“.

Honnêtement, j’avais d’autres soucis en tête, le Gars venait d’avoir un sérieux accident et était immobilisé pour plusieurs mois.

J’avais rencontré la principale qui m’avait promis de parler à 3 professeurs pour qu’ils personnalisent leurs cours. J’ai laissé trainé.

La cinquième est arrivée. Pas besoin d’attendre Janvier pour entendre, très régulièrement les plaintes sur l’ennui et la vacuité des journées de collège.

Oui mais… c’est normal de s’ennuyer et tous les élèves expérimentent cela.

La petite voix dans ma tête, la voix intérieure dirait Frédéric Fanget, se fait insistante “oui mais tu le sais, chez les HP, il est plus violent, plus fort, plus dangereux“. Oui bon ok… mais non.

Et puis Zut!!! L’ennui, elle vit avec, un saut de classe ne changera rien, et tout va bien. Elle assure au dessus de 18/20 de moyenne générale, se fixe le défi de l’augmenter à chaque trimestre, y arrive sans mal…

Oui mais.. “mon seul intérêt scolaire cette année, c’est de gagner ce défi que je me suis lancé“… est-ce vraiment une bonne idée? Parce que surveiller le moindre demi-point… humm.

Et puis re-Zut! Si j’accède à sa demande répétée au fil des mois de saut de classe, on fera quoi après le bac ? C’est bien beau de regarder aujourd’hui mais demain ? Bon, la voix intérieure rapplique en disant “je croyais que ton crédo était : je traite aujourd’hui les problèmes d’aujourd’hui et on verra demain si ceux de demain arrivent. Le pire n’est jamais certain ! .

Et puis re-re-Zut!! C’est ma fille unique et j’ai dit dans l’article de 2014 que j’assumais mon égoïsme.”Ben parce que la Fille ne veut pas que son bébé parte de la maison à 15 ans… ça le fait ça comme explication !!!!! Égoïste ? Pô grave, la Fille assume. “. Cette foutue voix intérieure commence à me saouler… “tu sais bien que le rôle des parents c’est de faire tout pour le bien de leur enfant, sans prioriser leur bien propre“.

Et puis re-re-re-Zut un jour, tu as une de ces discussions que tu affectionnes avec la Zébrette, un de celles où elle se confie, où tu sais qu’elle te parle sans détour. Même si ce jour-là, tu ne sais plus trop si tu as aimé ou pas. Enfin si, tu sais.. tu n’as pas trop aimé ce que tu as entendu.

C’était un jour identique au 2 Décembre 1959…

Pfiou… 2/12/59… Rupture du barrage de Malpassé qui a inondé Fréjus…

Zébrette a ouvert les vannes de ce qu’elle gardait en elle depuis si longtemps. Elle a expliqué ce qu’elle a enduré avec ces semaines à ne rien espérer de l’école. Elle a raconté les stratégies qu’elle a mis en place. Elle a pleuré son inquiétude pour l’année à venir.

Et surtout, dans sa voix, dans ses yeux, dans ses larmes, il y avait tellement d’attente.. Un message non formulé “Tu vas m’aider hein? Tu ne vas pas me laisser tomber maintenant?” et un autre tout à fait formulé celui-là “Il faut vraiment que je saute une classe“.

La rupture du barrage de Malpassé a tout inondé.. mais quand il fut vidé, ça s’est arrêté.
Le barrage de Zébrette .. ll coule toujours..

Alors il va falloir chercher, et surtout trouver, des solutions. Parce que les jours ont passé et la Zébrette est de plus en plus déterminée à ne pas subir une année comme celles passées.

Comme le collège est opposé à un saut de classe, il va falloir faire preuve d’imagination, se retrousser les manches.
Quand je lis une partie des arguments (les autres étant la rapidité de prise de note et la maturité nécessaires en 3°), je me dis que ce n’est pas gagné..

Ne pas se mettre la pression du DNB et apprécier sereinement le programme de 4°.…. comment imaginer qu’une enfant qui remonte son ennui depuis 2 ans, apprécie sereinement une année de plus ? Penser que les lecteurs de ce blog connaissent sûrement mieux la Zébrette que ses enseignants, car la pression…. ce n’est pas le DNB qui la lui mettra…c’est elle, toute seule. C’est passer à côté de ce qu’elle dit “je pourrais enfin me concentrer sur les apprentissages et oublier les notes… parce que j’aurais autre chose à faire que de les surveiller et que de toute manière elles ne seront pas si bonnes

Les centres d’intérêts différents d’avec des camarades de 3 ou 4 ans de plus… oui mais ils le sont déjà aujourd’hui non? et ils le seront encore demain et après-demain….

Les amitiés nouées .. mais si c’est Zébrette qui insiste, en prenant compte de ces éléments là, avec des arguments construits et efficaces.. quand j’entends sa prof de maths lui demander de ne pas “se sacrifier pour son amie” quand elle voit son comportement en classe… je me demande ce que vaut cet argument.

Et enfin, la meilleure pour la fin. La laisser grandir! Si je commentais, je dirais, oui mais dans quelles conditions? avec quelles conséquences? qu’on le veuille ou non, elle grandit et bien plus vite que je ne le souhaiterais. Alors qui doit la laisser grandir ?

 

Allez, on y croit. Il existe beaucoup d’autres dispositifs qui permettent à un HP de trouver son compte à l’école, au collège. Alors, l’équipe pédagogique en a forcément un ou deux adaptés à la Zébrette et qui lui permettront de ne pas baisser les bras en 4°…..

En attendant, on va essayer de faire un break dans la tête (fastoche) et de profiter à fond des vacances. Très équestres pour le moment les vacances de la Zébrette 🙂 et dans quelques semaines pour moi.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Juin 2017

La Zébrette a changé de collège. Le collège privé n’avait plus rien à lui offrir et ne tenait pas tant que ça à prendre en compte sa différence. Alors, quitte à ne pas avoir d’aménagements, autant avoir du confort et des sous.
Retour au collège public du coin. Zébrette rentrait à la maison entre 16 et 17h selon les jours! Une intégration facile du point de vue de Z, difficile du poitn de vue des profs.
Passée la nouveauté, rien de neuf sous le soleil de Camargue et l’Ennui était toujours là.

J’ai trouvé l’année beaucoup plus difficile. Zébrette a manifesté à plusieurs reprises son ras le bol. Elle a écrit deux lettres à son principal (la seconde est ), eu des entretiens, seule, avec moi… Même une réunion pédagogique.

Mais ils ont fait durer le suspense jusque ce soir, 23 juin, conseil de classe. Passage anticipé en 2nde!

Allez, je m’en vais faire un petit billet sur ce sujet môa…(ici)

17 Comments

  • Que l’année prochaine, elle écrive un livre en classe quand elle s’ennuie ? Un livre de conseils pour le hp ? Des solutions qu’elle a trouvé ? Ou un livre de conseils pour avoir 18 de moyenne ?

  • Je reposte (et pas riposte), comme mon message n’est jamais apparu…
    J’écrivais donc que ton post ne m’avait pas surpris du tout, parce qu’il y a trois jours, Sarah me demandait : “Au fait, elle fait quoi Zébrette à la rentrée ? Elle rentre en 4ème ou directement en 3ème ?”. Donc je lui ai répondu qu’à ma connaissance, elle rentrait en 4ème, comme elle. Ce à quoi elle a répondu : “Mouais. Ça ne m’étonnerait pas qu’elle fasse les deux années en une”.
    Je lui ai demandé si c’est ce qu’elle aimerait faire. “Oh non, surtout pas ! Tu n’imagines pas déjà ce que c’est d’avoir deux ans d’avance, alors se faire remarquer encore plus, non merci ! “. Je lui ai dit que Zébrette s’ennuyait beaucoup, je lui ai demandé d’imaginer ce que ça lui ferait si elle s’ennuyait dans tous les cours autant qu’en français… “Mais ce n’est pas possible ! En français, je ne suis pas toute seule à m’ennuyer, c’est parce que la prof est nulle ! Mais dans les autres cours, je ne vois pas comment on pourrait s’ennuyer, les profs nous donnent toujours du travail à faire !”. Donc pour Sarah, tant qu’elle est occupée, ça va… Et malgré ce qu’elle a vécu, elle n’arrive pas à se représenter l’ennui de Zébrette…
    J’ai essayé de parler des notes (elle aussi à eu 18 toute l’année, et même 18,8 au dernier trimestre). Pour elle, je ne vois pas les profs proposer de saut de classe, comme elle en a déjà deux à son actif. Mais au dernier trimestre, elle est arrivée 1ère ex-æquo de toutes les 5èmes, à égalité avec un garçon d’une autre classe. Les autres trimestres, elle était 2ème des 5èmes, c’était toujours le même garçon le 1er, avec 18,6 ou quelque chose comme ça. Donc je lui ai demandé si elle savait s’ils avaient proposé un saut de classe à ce garçon, parce qu’avec une telle moyenne, ça se justifiait, tout était acquis… Et elle me répond un truc du genre “Non, je ne pense pas, et heureusement pour lui !”. D’après elle, il ne s’ennuie pas, il a des copains (donc tant mieux si tout va bien !), mais surtout, ça serait trop la honte de sauter une classe au collège, tout le monde le saurait et le pointerait du doigt !
    Pour Sarah, c’est donc le “Qu’en dira-t-on” qui prime. Mais elle est très bien intégrée, a plein de copines, est invitée en dehors…Il n’y a pas de décalage (sauf physique, mais elle n’est pas la seule “plus petite”;) avec les enfants ayant deux ans de plus, elle a l’impression d’être à sa place. Ce qui n’est manifestement pas le cas pour Zébrette..

    • pour le saut et les notes excellentes, la principale citait un exemple d’élève avec des notes aussi belles (le niveau du collège peut être moins bon que celui du privé) mais en ajoutant .. on ne parle pas de saut de classe..
      C’était dit de façon bienveillante, juste pour information sur les bonnes notes.

      Je pense sincèrement que le saut n’est pas une obligation et pas toujours une solution.

      C’est juste le plus facile à mettre en oeuvre.. (si, si)

      Pour être à sa place, la Zébrette je le crains ne se sent à sa place ni avec les plus jeunes, ni avec ceux de sa classe et pas forcément avec les plus vieux… faudra faire avec. Ne pas se sentir à sa place ne l’empêche pas de nouer des amitiés.

      Après, ça changera peut-être, mais je ne crois pas qu’elle ait eu à souffrir d’être montrée du doigt ou stigmatisée par ses sauts de classe.
      En tout cas, ce n’est jamais remonté jusqu’à moi.
      De temps en temps un “intello” qui traine… mais rien de bien grave

      Question taille, avec son 1m55, elle ne dénote pas..

      Quant à sauter une classe, si ça se faisait, je pense que son statut de “nouvelle au collège” rendrait la chose moins “visible”…

      Bonnes vacances à Sarah et ses frères

  • On croise très forts les doigts pour la zébrette & sa famille ! Parce que je suis certaine d’une chose : l’ennui est tout sauf constructif pour les enfants (comme les adultes…;) (T)HPI :(

    Bisous,
    Alexandra

  • J’ai des doutes quant au saut de classe comme outil pour conjurer l’ennui…
    Quand je regarde ce qui est attendu au collège, ce n’est pas très réjouissant, mais ne le sera guère plus en 4e qu’en 5e,
    ni même en 3e qu’en 4e, pour le lycée, j’ai encore quelques rêves, pour combien de temps???
    Pour moi, une solution est de prendre en charge ses apprentissages, approfondir, apprendre à structurer sa pensée, lire, lire lire, croiser les informations, peut-être s’inscrire à des concours divers, aller voir ailleurs…
    Les enfants ne passent finalement pas tant de temps dans la classe. Je me dis qu’on n’est pas obligé de subir l’ennui, on peut mettre à profit le temps en classe pour apprendre à dompter sa tête, c’est un vrai exercice que de retrouver le chemin quand la pensée va trop vite… c’est une opportunité de structurer les connaissances, développer l’esprit critique, mettre en place les outils pour plus tard, quand le besoin se fera sentir.
    Je pense qu’il faut apprivoiser l’ennui, le reconnaître et le transformer en un espace à soi, un espace de liberté, et je me dis que c’est un apprentissage où les parents peuvent guider leurs enfants.
    J’ai été bilantée THQI adulte, je n’ai pas sauté de classe, je n’ai aucun souvenir d’ennui à l’école, mais je rencontre, adulte, des difficultés parce que mon cerveau fonctionne en quelque sorte “à l’insu de mon plein gré” … et j’aurais tiré profit -j’aime à le croire- de la reconnaissance de ma différence…
    J’ai pourtant du mal à imaginer que le problème aurait été résolu par des sauts de classe, j’ai toujours fonctionné intuitivement, et ce jusqu’à bac + 8 🙁
    Je ne voudrais pas avoir l’air de stigmatiser les sauts de classe, car ce n’est pas mon propos, je voudrais seulement dire que ça ne me semble pas suffisant. De la même façon, je ne pense pas que l’école doive s’adapter aux enfants hqi ou thqi, mais qu’ils peuvent s’adapter, pas se conformer, pas rentrer dans le moule, juste apprendre à vivre avec, parce qu’ils auront à se coltiner leur différence toute la vie, il faut l’apprivoiser, en faire une force, et apprendre à vivre avec les autres, parce qu’on ne pourra pas les éviter…
    J’ai tout plein d’autres raisons pour ne pas multiplier les sauts de classe, par exemple l’adolescence et le chamboulement hormonal, on sait ce que c’est, on peut l’observer, on connait la théorie, donc on comprend ce qui ce passe, mais on ne le vit pas en même temps que ses pairs, c’est comme si on loupait les travaux pratiques. Quant à quitter la maison à 15 ans, on peut le faire, c’est sûr, on peut être mûr, raisonnable, prêt à partir…mais à 15 ans, on est toujours un enfant.

    • je suis d’accord.. Le saut n’est pas la solution miracle
      Après elle est dans un collège avec un minimum de 2H de trajets par jour.. Alors en dehors de l’école, il n’y a guère de temps (sauf pour les devoirs qui sont donnés en masse)
      Peut-être que la solution est de la scolariser dans le collège d’à côté (que j’avais évité en 6° car plus de 1000 élèves et que je ne la voyais pas à 9 ans..mais à 11, la donne est différente).

      Au moins ça lui libèrerait du temps libre!!

  • Ici mon garçon a deux ans d’avance, il est en CM1 et sa maîtresse si dit inquiète car elle pense qu’l va s’ennuyer beaucoup en CM1. L’ennui est chez lui générateur de stress, de beaucoup d’agitation, de rébellion, et donc creuse encore plus le décalage avec les autres et mène à la déprime…
    Selon elle, le 3° saut qui se justifierait sans problème pour les apprentissages, serait vraiment difficile , car les CM2 sont vraiment très différents, plus vers l’adolescence et plus bagarreurs alors que mon fils de 7 ans, sans être bébé et plutôt mature, est encore dans le jeu.
    J’ai l’impression que 3° saut serait synonyme de déscolarisation et je ne le souhaite pas pour lui ni notre famille.
    Pas simple mais j’aime beaucoup ta phrase:
    “Parce que la réussite de sa vie n’est pas la réussite scolaire.” Je vais la laisser m’imbiber!

  • Je n’ai pas changé d’avis, il fallait qu’elle saute la classe de 5ème, qui, on le savait, était une année de révisions/approfondissements. Inutile pour elle.
    Maintenant, je ne suis pas favorable au passage direct en 3ème. Surtout si elle abandonne l’italien pour l’espagnol. (un an à rattraper). Enfin, même cela c’est faisable…
    Ta zébrette n’est plus un “bébé”, c’est une belle adolescente. Avec des conseils avisés d’adultes au faite du problème, des experts “pro” et non affectifs…, elle pourrait décider elle même de ses choix.
    Mais tout cela est à moduler à cause de son hyper-sensibilité…
    C’est pas simple!

  • J’aime bien quand tu fais les questions et les réponses en sachant très bien où tout ça va finir de toute façon… ;)

    • 😛

  • Bonjour,
    Cela fait très très longtemps que je ne sui splus venue ici…
    Nous partons cet été pour une autre vie. C’est programmé depuis Janvier 2015… Notre zèbre a passé une année en enfer avec comme seule motivation la porte de sortie!!! Il a passé ces dernières années (je dirais les trois denières) dans un environement scolaire comme une plante dans un pot sans eau… Il fanait à petit feu malgré toutes les promesses d’un environement à l’écoute…
    Je mise beaucoup sur la future école: 8 SENCO (Educateurs/éducatrices spécialisées) pour 400 élèves et puis la volonté de faire réussir les enfants en détéctants leurs forces. Notre zèbre passera son bac de Français en avance, et l’avance dépendra de lui… (je simplifie les explications car nous partons à l’étranger)
    Nous avons été mis à rude épreuve, avons eu et avons peu de soutien, mais l’espoir est là et aujourd’hui je trouve que ce n’est déjà pas mal…
    Bon courage!!!

    • C’est bien si après la galère il y a l’espoir!

      Nous vous souhaitons le meilleur.. Et n”hésitez pas à nous donner de vos nouvelles de temps à autre!!!

      • Oui, oui avec plaisir!! D’ici là, bonnes vacances!

  • je me pose la même question que le gars

    • Parce que la maman que je suis ne voit pas du tout sa fille à 400km de la maison à 15 ans.
      Parce que la Zébrette a envie de construire des histoires d’amitiés un peu durables.
      Parce que la réussite de sa vie n’est pas la réussite scolaire.

      et surtout parce qu’aujourd’hui il y a d’autres solutions que le saut de classe pour améliorer son quotidien.

      😉

      • Ma Mafalda à moi ne fera pas de saut de classe pour l’instant. Sa maîtresse qui a 3 spécimen du même genre chez elle m’a alerté à propos de sa trop grande sensibilité et de son estime de soi trop fragile. Pour palier à l’ennui, nous aurons recours à un PPRE. Mafalda pourra élargir ses connaissances dans une classe à double niveau donc si le saut de classe se fait plus pressent, il se fera en douceur. Elle passe en CM1 mais le dispositif PPRE est aussi applicable au collège. Voilà, courage!

  • ma fille a aussi sauté 2 classes c est pas évident
    surtout qu elle a du change d école ( à Aix) en cours d année pour retourner à sa “1ere maison” l année prochaine ( retour à Marseille)
    je pense que l avantage du collège est que les élèves peuvent se passionner pour une matière qu il peuvent approfondir
    Ainsi l ennui peut être endigué 🙂

One Pingback

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :