Estime de Soi

L’estime de soi… Ne pas dire

Estime de Soi

Estime de Soi

Après le document de Naitre et Grandir sur l’Estime de soi… les petits trucs au quotidien… voici celui de DoctiNews sur ce qu’il ne faut pas dire !!

Ne pleure pas

Nier l’émotion évidente signifie que vous n’estimez pas sa manière de l’exprimer et créé par la même occasion un conflit interne chez l’enfant, par manque d’acceptation de lui-même. En revanche, de l’empathie et du soutien, aideraient votre enfant à décrire ce qu’il ressent, tout comme la reconnaissance de sa tristesse et de sa peur. Cela lui permettrait de ne pas s’identifier à ces émotions et à mieux réagir par la suite face à ses chagrins et colères.

Ne pas comparer

Il est tout à fait normal de toujours chercher une référence pour évaluer les réussites de nos enfants. Mais chaque enfant a son propre rythme d’apprentissage et le comparer à d’autres ne fait que fragiliser sa confiance en lui, car en vous comportant ainsi vous ne faites que lui dire que vous l’aimez pour ce qu’il accomplit et non pas pour ce qu’il est. Contentez-vous de valoriser ses réussites au moment où il les accomplit.

Ne pas coller d’étiquette

Qu’il s’agisse d’une qualité ou d’un défaut, il n’est pas bon de lui coller une étiquette. D’abord, cela peut générer des attentes de votre part que votre enfant a peur de ne pas combler, ce qui pourrait dénaturaliser sa personnalité. Il peut également perdre confiance en lui et se comporter tel que vous le considérez : “Tu es maladroit”, “Tu es un fainéant”, etc. Quoi lui dire ? Lui faire remarquer ses qualités de façon ponctuelle et ne pas exagérer ses erreurs.

Ne pas trop le complimenter

Le rassurer à travers les compliments est une bonne tactique, mais le faire à l’excès, pour n’importe quoi, dévalorise ce qui a été réellement accompli dans l’effort. Évitez les mots trop génériques comme “Très bien” ou “Tu es génial” et soyez plus précis quant à ce qui vous satisfait dans sa façon de se comporter. Par exemple, pour valoriser un de ses dessins ou une bonne action, établissez un lien de cause à effet plus évident : “Sur ce dessin, tu as dessiné les nuages de ce matin” ou “Merci d’avoir ramassé et rangé tes jouets, ainsi nous pouvons maintenant aller au parc”.

Tu peux mieux faire

“Tu peux mieux faire”, “Je n’y crois pas, tu y es arrivé !” ou “Il était temps !” sont des expressions qui indiquent un certain degré de désapprobation, qui d’un point de vue sentimental, est vu comme un rejet. Cela ressemble au “collage d’étiquette”, vu précédemment. Ces phrases montrent clairement que vous ne croyez pas complètement en votre enfant et que ses réussites sont quelque chose d’exceptionnel et de rare, ce qui pourrait le frustrer. Vous ne lui montrez en rien votre soutien.

Tu comprendras quand tu seras plus grand

Cette phrase indique en fait que les adultes savent tout et que les petits sont des ignorants. En réalité, elle cache un manque d’effort de la part des parents, pour trouver une réponse appropriée à leur âge et leur entendement. Cela peut freiner leur soif de curiosité et à force de leur répondre par cette phrase, vous pourrez lui couper toute envie de poser des questions par la suite.

Ne me dérange pas

Si vous leur dites souvent “Ne nous dérangez pas”, “Je suis occupé” ou “Arrête d’être dans mes pattes”, vous leur dites en réalité que vous n’avez pas de temps pour eux, jusqu’à ce qu’ils finissent un jour par ne plus vouloir passer de temps avec vous, cassant ainsi toute communication parents/enfants. Le mieux est de leur demander gentiment ce dont vous avez besoin sans donner cette impression de rejet. Par exemple : “J’aimerais ne plus vous entendre pendant que je fais…” ou “Dès que j’ai terminé avec ça, je suis à vous, les enfants”.

Dépêche-toi

Il ne s’agit pas seulement de le leur dire sinon de faire attention à la façon dont vous leur dites, le ton de la voix est très important. La pression ne leur fera pas faire les choses comme vous souhaitez qu’ils les fassent, cela n’a rien de motivant. Au lieu de vous laisser emporter par votre propre pression, mieux vaut leur expliquer calmement et de façon réaliste le temps que vous avez pour mener à bien tous vos projets, et leur faire comprendre qu’il faut aller droit au but sans s’attarder sur des détails, et ce, pour le bien de tous.

Ne pas menacer

La menace n’apporte jamais de bons résultats. Elle a plutôt tendance à engendrer des conséquences négatives, comme décroître son charisme, l’obligeant à vivre dans la crainte. Aussi, si la menace devient réelle un jour ou l’autre, vous n’avez plus aucun pouvoir sur lui. Mieux vaut calmer la situation en retirant l’enfant de l’environnement en question.

Tu vas voir quand ta mère ou ton père va rentrer

Dans ce genre de phrase, on sent que le père et la mère ne traitent pas l’enfant de la même façon, en donnant plus d’autorité à l’un ou à l’autre, dans ce cas-là, à celui qui est absent. L’enfant est victime d’une punition qui n’a pas encore été donnée et d’un autre côté, le parent présent octroie toute l’autorité parentale à son conjoint. Or, quand celui-ci arrivera, il ne sera pas informé complètement de la situation contrairement à l’autre. Ce dernier devrait en fait agir en conséquence et prendre les décisions sur le moment sous peine de perdre toute son autorité face à ses enfants. En plus, l’enfant ne se souviendra probablement plus de ce qu’il a fait de mal au moment où l’autre parent lui demandera des comptes.

“Je ne t’aime pas”

“Je ne t’aime pas”, “Je ne t’aimerai pas”, “J’en ai assez de toi” et “Tu ne m’aimes pas” sont des phrases à éviter. La tendresse et l’amour que vous éprouvez pour votre rejeton depuis le premier jour est intact, voire plus grand, et il est inconditionnel et non négociable. Et vice-versa, l’amour que votre enfant vous porte est pur et naturel, ne l’utilisez pas pour lui faire du chantage, vous ne ferez que l’attrister et cela pourra conduire au désamour. On aime ses enfants tels qu’ils sont, et non pas pour ce qu’ils font ou cessent de faire.

Fais un bisou à Tata

Qui voulez-vous contenter ? Un baiser ou une étreinte est un signe d’estime que l’on ne peut pas forcer quelqu’un à faire s’il n’en a pas envie, puisqu’il serait faux. Ne poussez pas vos enfants à le faire, ils banaliseraient ce geste. Si votre enfant n’en a pas envie, il faut respecter son choix, sinon il pensera que les émotions nous sont dictées par les autres et il perdra tout contrôle des siennes.

Étiquettes : , ,

Il n'y a pas encore de commentaire

Pourquoi ne pas être le premier

Laisser un commentaire