Pas Glop

Dans cette période plus que troublée, surréaliste comme le dit si bien Les tribulations d’un petit zèbre, cet article parait bien ridicule et hors de propos …

Cette période plus que troublée c’est celle qui a vu la naissance de « Je suis Charlie », et pour savoir comment en parler aux enfants, je vous renvoie vers le post d’Alexandra

D’ailleurs, sans ces attentats qui ont plongé le pays dans l’effroi et l’incrédulité, ce post aurait paru également ridicule… 🙁

La Fille avait bien remarqué depuis quelques temps quelques signes nouveaux chez sa Zébrette …

Depuis plusieurs semaines, cette impossibilité à s’endormir à une heure décente, malgré la fatigue, malgré les cernes, malgré les massages, les tisanes, la relaxation, les discussions… et, fait nouveau, Zébrette n’exprimait pas d’angoisse… autre que celle de ne plus arriver à dormir ..

Depuis quelques temps, la miss plutôt stressée de nature et qui aimait à réviser ses leçons avec la Fille, encore et encore jusqu’à la maitrise totale, lançait des « J’ai interro de maths, mais bon, pas la peine de réviser, je la sais hein! » totalement insolites pour qui la connait.

Depuis le début de l’année, mais à un rythme s’accélérant, la Zébrette fait de gros progrès… en dessin.. sur les mains, sur les feuilles, sur les cahiers…

La rentrée est arrivée… et la sentence avec

« Bon… je crois qu’on n’a pas fini de s’ennuyer là…. Parce que je savais que la 6° c’était des révisions de CM2, mais là.. on est au 2° trimestre… je crois que c’est foutu pour qu’on apprenne un truc de nouveau. Tu te rends compte que la prof de maths elle a dit que les nombres relatifs, c’est en 5°! C’est mort là!!!! »

Depuis, la parole se libère… et ce qu’elle ressent en classe nous arrive en pleine face, comme une vague que l’on n’attendait pas…

« Sauter une classe.. pour les copains non… parce qu’avec 3 sauts, c’est mort de se faire des amis…mais pour l’école…oui… et puis Mathys ne serait plus avec moi… mais bon.. je le verrais à la récré… et puis dans chaque classe il y a des perles à découvrir« ..

La vague est renforcée quand son camarade de classe en consultation chez une neuropsy parle…. de l’ennui de la Zébrette !!!! Comment. ??!!. Lui en saurait plus que nous? A côté de quoi passons-nous?

C’est certain que le programme de 6° n’est pas passionnant. Mais nous avons tenté de pallier cela à plusieurs niveaux…

  • une classe bi-langues
  • une emploi du temps scolaire blindé
  • des ateliers au collège sur l’heure et demi de libre entre midi et deux (une heure et demi sur les 4 jours d’école).
  • des activités sportives avec l’équitation à gogo, le tennis en cours particulier (merci la réforme des rythmes scolaires qui fait qu’on ne trouve plus de cours collectifs le mercredi matin, et que ceux du mercredi am sont blindés).

Les langues, justement, une découverte heureuse.. Une passion pour l’anglais… Ça tombe bien elle en a 5h par semaine (une heure de plus que le programme).

Sa classe est, de l’avis du conseil de classe, brillante, avec 16,5 de moyenne générale, basée sur ses 32 élèves… Donc rien à dire de ce côté là. En plus de l’effet bi-langue, ils sont 6 EIP dans la classe. La Zébrette a une moyenne générale bien au-dessus de celle de sa classe. Donc pas de problème non plus. Pas d’urgence ?

Alors quoi ? Parce que point de vue planning, la Fille ne voit pas trop ce que l’on pourrait faire de plus.. Entre les cours, les trajets, les devoirs, la Zébrette n’a quasi plus le temps de rien.

Alors la Fille se raisonne. Malgré toute la bienveillance et la qualité des professeurs, personne ne peut trouver chaque heure de cours passionnante … Et c’est normal, pas de quoi s’inquiéter…

Mais quand la Zébrette analyse que le soir si elle n’arrive pas à dormir « c’est comme quand je faisais la sieste en PS de maternelle… le soir je ne dormais plus. Ben là.. mon cerveau dort tellement en classe.. que le soir je ne peux plus dormir« , la Fille se demande si elle ne joue pas à l’autruche.

Un mail à la prof principale… un lundi soir.. à minuit… juste pour parler de l’inquiétude de voir la Zébrette décrocher, se démotiver, lâcher l’affaire… mais sans proposer aucune solution, aucune piste, tant la Fille ne sait pas…. ne sait pas la profondeur réelle de cet ennui, ses conséquences possibles, ne sais pas l’avis des profs, l’ont-ils seulement remarqué…

Le lendemain, la prof principale avait déjà dit deux mots à la Zébrette et répondu qu’elle prenait en compte. Le jour suivant (enfin celui d’après… le jour d’après étant off) elle a parlé avec la Zébrette à la récré. Elle a conclu qu’il fallait mettre la principale dans la boucle.

Oui mais … la Zébrette n’ose pas parler à l’adulte référent.. et n’ose pas confier ce qu’elle ressent…

Alors quoi? Comment savoir.. comment savoir si elle s’ennuie « normalement », si elle s’ennuie à ne plus s’endormir le soir, si elle s’ennuie à ne plus écouter en classe, à ne plus vouloir réviser.. comment savoir si c’est seulement ça le problème..

Et si jamais nous avions la réponse… comment trouver des solutions ?

3 thoughts on “Nous y sommes? à nouveau?

    1. ah ça!!!! parce qu’elle n’est pas particulièrement douée en dessin…. et depuis cette année.. elle m’en fait de super beaux 🙂

      1. J’ai attendu en vain que les profs de maths abordent la théorie des fractales… J’en ai passé des heures à inventer le plus d’utilités possibles aux objets m’entourant pour compenser le manque d’intérêt suscité par les contenus scolaires.

        L’ennui est le meilleur allié de la Zébrette lorsque le contenu académique ne peut la rassasier.
        Bonne chance à vous deux !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :