Les fantômes

Fantôme
Quand les fantômes se réveillent

Quand la Zébrette lui parle des fantômes dans sa tête, La Fille ne pense pas tout de suite à la schizophrénie. Le Gars il ne pense à rien, parce que la Zébrette n’en parle jamais au Gars de ses fantômes… Pas si folle la Zébrette….

Quand la Zébrette parle des fantômes dans sa tête pour la première fois, elle doit avoir 3 ans, peut-être 4. Et La Fille, qui ne s’inquiète pas facilement, se dit que ce doit être normal. Comme le complexe d’Oedipe… en un peu moins documenté dans la littérature..

Bah, la soeur de La Fille  avait bien un ami imaginaire,qui déjeunait à table à ses côtés. Alors pourquoi pas des fantômes dans la tête ?

La Fille s’enquiert tout de même auprès de la Zébrette pour savoir si ces fantômes font peur. A 3 ou 4 ans, non, ils ne font pas peur.

Ils dérangent, empêchent de se concentrer, mais ils sont gentils. Sauf un ou deux. Mais les autres leur disent de se taire…

La Zébrette n’aime pas parler de ses fantômes dans la tête… Juste de temps en temps, la surprend-on à leur parler à haute voix, à leur intimer l’ordre de se calmer.

Puis les fantômes disparaissent. Bon, la Zébrette est une maline, ils ne disparaissent pas, juste, elle n’en parle plus.

Jusqu’à ce jour de printemps. La revoilà en train de leur parler. Oui mais… La Zébrette a 7 ans aujourd’hui. Ca devient moins rigolo ces histoires à dormir debout. Les fantômes ça va un temps. Normalement les GhostBusters auraient dû sévir depuis belle lurette.

Alors, La Fille se dit qu’une petite discussion, l’air de rien, s’impose. La Fille, elle a appris bien des choses récemment sur la communication avec les enfants. Alors elle se promet de les appliquer à la lettre.. « Ecouter pour que les enfants parlent« .. (d’ailleurs la fille vous parlera de ce livre super extra génial bientôt ). Et ça donne une conversation surprenante.

  • Pendant un moment, ils me laissaient tranquille, maintenant ils m’ennuient.
  • Des fantômes, enfin ce ne sont pas des vrais fantômes que l’on voit, hein.. .juste ils sont dans ma tête, pas dehors.
  • En fait, ils grouillent, ils n’arrêtent pas, ils me commandent, avec des manettes.
  • C’est comme si dans mon cerveau il y a une capsule, sans fenêtre.. quand j’étais petite, les fantômes je pouvais les envoyer balader dehors. J’ouvrais la porte de la capsule et avec une catapulte, je les balançais dehors. Dehors, il y avait une forêt avec de l’herbe, et des pommiers, qui ont des pommes bien rouges – en fait c’est pas important, ça pourrait être des poiriers ou des pêchers tu sais. Si je voulais garder le plus gentil avec moi, je le faisais.Mais maintenant ce n’est plus possible, c’est eux qui commandent.
  • Dans la capsule, il y a des manettes, et les fantômes – bon, tu les appelles comme tu veux… des chiens, des chats, des chevaux, des poissons.. on s’en fout, ça n’a pas d’importance – commandent les manettes qui commandent mon corps.Je n’arrive jamais à les maîtriser, à les arrêter…

Bon, La Fille écoute en lançant quelques « humm« , « d’accord » ou « je vois« , (elle est un peu gonflée La Fille car elle ne voir pas grand chose et puis il fait noir dans la chambre de la Zébrette, à l’heure du passage du marchand de sable). Alors La Fille tente une approche : « Et ces fantômes, ça ne pourrait pas être des pensées ? ». La Fille essaie de se rassurer comme elle peut..

Ah.. c’est une bonne idée ça.. Oui peut-être que ce sont des pensées. Parce que tu comprends.. j’en ai des milliers dans la tête. Je voudrais les arrêter pour dormir, pour réfléchir, et je ne peux jamais. Ca tourne , même la nuit. C’est pour ça que le matin, je suis fatiguée. J’aimerais bien pouvoir tout débrancher, enfin pas le cerveau entier hein, sinon je meurs, mais débrancher les pensées.. juste un moment.

La Fille pense que c’est aussi parce que la Zébrette se couche tard les veilles de jour chômé qu’elle est fatiguée les jours de classe, pas parce que c’est la java dans la capsule du cerveau!

Il est bien tard, La Fille embrasse la Zébrette qui la remercie de ce moment à discuter. La Zébrette et La Fille adorent discuter tranquillement…

Et La Fille se dit que peut-être ces fantômes, bien envahissants, ce n’est rien que du très normal… cette foutue pensée arborescente, si caractéristique des équidés à rayures.

Ce soir,La Fille, qui se demande un jour sur deux sa Zébrette est un cheval avec ou sans pyjama, ira se coucher ce soir, en penchant du côté rayé de la force..

2 Comments

  •  » Je voudrais les arrêter pour dormir, pour réfléchir, et je ne peux jamais. »
    Et si la Fille essayait de trouver, avec la zébrette, un moyen de mettre en place un bouton OFF !? :)

    Perso, j’en ai tjrs eu un à dispo (depuis tte petite) : je « coupais » mes pensées par de la musique, comme en mettais en route une radio (pas en chantant ds ma tête hein, en faisant réellement fonctionner une sorte de radio).
    J’ai tjrs ressenti l’importance de cette solution pour me mettre en off qqs minutes, comme si c’était une question vitale pour moi. Peut-être aussi parce que je suis qq’un de posé, qui aime le silence & la solitude ???

    Mon zébrillon lui ne le fait pas (semble-t-il). Il me dit que ses pensées incessantes ne le dérange pas du tt !? Bon… j’ai peine à croire, mais pq pas :-/ Il est très différent de moi, il est donc possible qu’il ait une façon différente de gérer cette machine à penser.

    • Ici ce sont les massages qui marchent le mieux…
      Mais bon, la Zébrette ne peut pas s’auto-masser 🙂 et on ne peut pas pratiquer n’importe où.

      J’essaie de lui apprendre à respirer. Ca marche.. quand ce n’est pas trop crucial !!! Sinon, elle n’y arrive pas encore.

      J’ai essayé de lui faire copter . .les chevaux .. lol

      Mais on y travaille… Y’a aussi l’activité physique +++++ alliée à un coucher trèèès tardif…. ça la fait tomber comme une mouche.. Bon, ok.. ce n’est pas applicable tous les jours, encore moins tous les jours d’école..

      Je vais lui proposer le truc de la musique/radio…

One Pingback

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :