HPQ
HPQ

C’est en rediffusion sur le Web jusqu’au 12 Juillet. Alors c’est le moment de profiter de la 3° journée sur la douance, organisée par Haut Potentiel Quebec (pour s’inscrire, voir sur le site organisateur).

La Fille vous a déjà parlé de l’intervention de Françoys Grangé .

La deuxième intervention était celle de Liné Massé sur le stress de performance.

Tout d’abord.. question de vocabulaire.. mais pas que….

Le stress : Réactions de la personne à des stimulations extérieures qui remettent en question son équilibre provisoire. Cela recouvre plutôt des réaction physiologiques

La peur : Crainte d’un danger réel, La peur est fondée, adéquate et adaptée à la situation.

L’anxiété : ensemble de réactions physiques, cognitives et comportementales que la personne a par rapport à une menace perçue, réelle ou non. Elle est problématique quand elle gêne le fonctionnement de la personne.

Le stress ou l’anxiété de performance se retrouve plus souvent chez les filles (euh chez la Fille?) parce que les garçons expriment plutôt des problèmes de comportement. On ne dira/pensera pas qu’il est anxieux..

Ce qui est important est d’en reconnaitre les signes et de voir ce sur quoi on peut jouer pour diminuer ce stress de performance.

Les principaux signes :

  • J’ai souvent des « gargouillis » dans mon estomac lorsque je travaille.
  • J’ai souvent peur de parler en public
  • Mon cœur bat très fort quand je parle en public.
  • Je transpire beaucoup pendant un examen.
  • Je ne suis jamais sûr de tout comprendre.
  • Je me dis que je devrais comprendre tout du premier coup.
  • J’ai toujours peur d’avoir de mauvaises notes.
  • Je panique quand je ne sais pas répondre à une question.
  • Avant d’entrer en classe, je ne me sens pas très bien.
  • Je pense que ce serait affreux d’avoir une mauvaise note.

La Fille sait déjà que les lecteurs vont reconnaitre très souvent leur enfant dans ces descriptions.

Et si elle ajoute, comme le dit Line Massé, que cela peut prendre plusieurs forme comme :

– la procrastination (bien connue non ? )
– la paralysie (pourquoi je sais ma leçon et je suis incapable de la restituer en classe)
l’obsession (pour la Zébrette veut réciter encore et encore la même leçon parfaitement sue)

Ce stress de performance est lié à 3 types de causes (qu’il faut identifier pour pouvoir agir)

  • des facteurs de risques personnels (mauvaise gestion des émotions, besoin d’approbation, isolement social…;)
  • des facteurs de risques familiaux (attentes parentales élevés, rivalité fraternelle, parents critiques ou surprotecteurs ….)
  • des facteurs de risques scolaires (factorisation des buts de performance, compétitivité, distance affective avec l’enseignant)

La Fille, toujours prompte à se dédouaner, souligne donc que le stress n’est pas absolument dû aux exigences des mauvais parents qui attendent de leurs enfants seulement de bons/excellents résultats scolaires.

Les réactions au stress de performance se retrouvent sur les plans:

  • de manifestations physiques légères à lourdes (du cœur qui bat plus vite aux troubles cutanés, digestifs, cardio-vasculaires…;)
  • de réactions cognitives ( Interprétation catastrophique des événements, anticipation des conséquences négatives, dramatisation…;)
  • de réactions psychologiques ( difficultés à se concentrer, baisse de moral, …;)
  • de réactions comportementales (colère, peur, cauchemars, opposition, compulsion…..)

Il faut aider l’enfant à identifier ses causes de stress..

Pour aider les enfants à gérer ce stress, il faut agir sur :

  • les méthodes à l’école (donner les barêmes d’évaluation avant les examens, apprentissage coopératif, évaluation en fonction des objectifs et non de la moyenne….)
  • travailler sur le corps (alimentation, sommeil, relaxation…;)
  • travailler sur les pensées (étalon réaliste, dissocier ce que l’on fait de ce que l’on est…;)

La réponse de l’adulte est essentielle :
« ta mauvaise note ne te ressemble pas… cherchons ensemble ce qui n’a pas fonctionné. Apprenons des erreurs. L’erreur est essentielle pour apprendre.. regarde comment tu as appris à marcher.. en tombant souvent »

La Fille a aussi appris une chose sur la relaxation …

Pour aider l’enfant, il faut … (ré)écouter la conférence de Line Massé 🙂

Mais elle vous conseillera (et expliquera comment faire) pour travailler sur les stratégies adaptatives. Comment aider l’enfant à se fixer des buts réalistes, à identifier les stratégies qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas. Comment l’aider à planifier et à trouver des plans B. Comment encourager aussi la saine poursuite de l »excellence..

Lors de sa conférence, Line Massé vous proposera différents tests pour mesurer l’anxiété de performance, le stress, etc… C’est très intéressant à faire avec ses enfants!

Elle développera également les points suivants:

Comment aider l’enfant à modifier ses pensées qui génèrent de l’anxiété

1. Aidez l’enfant à se calmer.
2. Amenez l’enfant à bien décrire la situation problématique.
3. Incitez l’enfant à verbaliser ses sensations physiques à ce moment afin de les normaliser.
4. Aidez l’enfant à déterminer quelles étaient ses pensées pendant la situation.
5. Aidez l’enfant à déterminer si ses pensées sont catastrophiques ou non.
6. Confrontez les pensées catastrophiques de l’enfant en cherchant des preuves.
7. Aidez l’enfant à trouver des pensées plus réalistes, plus aidantes à l’aide des preuves trouvées à l’étape précédente.
8. Aidez l’enfant à trouver une solution concrète au problème réel qui suscitede l’anxiété.

 

Pour aller plus loin, Line Massé propose une bibliographie impressionnante, pour les parents et les enfants/ados et la Fille y retrouve « Incroyable Moi maîtrise son anxiété : guide d’entraînement à la gestion de l’anxiété. » qu’elle vous a présenté ici  et découvre son petit copain « Extraordinaire Moi calme son anxiété de performance » 🙂

Vraiment, vraiment.. une très belle conférence très enrichissante!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :