1,2,3, On change

Levée tôt en ce matin d’été… J’aime la fraicheur de la pointe du jour. Même si (ne tapez pas, les non-sudistes) fraîcheur est une notion bien relative en ce début Juillet.

Zébrette avait choisi ses affaires la veille. Une robe bleue marine et des sandalettes blanches. Un chignon haut (elle est dans sa phase chignon..je ne cherche plus à comprendre môa).

Pourquoi cette effervescence ?
A cause d’un coup de fil… Dans les années 80, on disait que le bonheur était simple comme un coup de fil. C’est un poil exagéré mais bon, ça peut être un bon début.

Suite au refus de saut de classe à l’absence de proposition d’adaptation et la non prise en compte de sa souffrance par son collège actuel, j’ai enclenché mon plan B.

Ce plan B m’a été soufflé par la Zébrette herself ! Changer de collège.

Je ne sais pas si vous imaginez ce que ça implique !!! Non pas le changement, mais cette proposition de la part d’une gamine qui stresse si elle ne connait pas le planning du lendemain, la topologie des lieux, les imprévus, les inconnues. Dites-lui que vous lui offrez un séjour à Disneyland et le stress l’emportera sur la joie. Donc pour que le plan B soit une de ses suggestions.. Waow!!.

J’ai bien essayé de lui mettre en avant les inconvénients qu’elle découvrirait rapidement… mais avant de se décider, je voulais m’assurer qu’elle les avait envisagés.

– Tu prendras un bus nouveau, sans copine… ah si y’a Manon.
– Ce n’est pas grave… les copines j’ai réussi à m’en faire .. je m’en referai !

Ouche… y’a un décodeur dans le coin ? une caméra cachée peut-être ?

Je vous passe les autres arguments.. visiblement elle les avait déjà évalués.

Nous étions d’accord elle et moi que le changement devait apporter quelque chose.

– Je serai à 17h00 à la maison (au lieu de 18h30).
– Certes 🙂

Mais pour l’ennui ?

Alors pour l’ennui, il fallait que je prenne un rendez-vous avec la principale. Me faire une idée de son ouverture, de ses possibilités, de sa bienveillance, de son discours.

Je sais bien que les mots n’ont pas le poids des actions, mais pour le moment je n’avais que ça pour me forger mon idée.
J’appelle donc le collège ce lundi midi… Une discussion avec une secrétaire de direction, fort sympathique, mais qui me ramène les pieds sur terre.

« Vous savez, nous avons plus de 1000 élèves, on ne peut pas différencier pour chacun, c’est impossible. »

Mais elle ajoute :« Ecrivez-nous un courrier, et madame la principale le lira »

Hummm. Un mail non ? parce que bon, nous sommes en juillet….

A 14 heures, j’appuyais sur la touche « envoi » (en laissant une coquille orthographique dans le mail. Grrr).
A 15 heures, la secrétaire me rappelle « Madame la Principale demande si vous souhaitez un rv ? Oui ? quand ? demain ? tôt ? 8h ? ok »

Moi je dis…. J’aime quand les affaires se mènent rondement !

Voilà donc la raison de notre empressement du matin.

Nous arrivons devant ce collège inconnu, mais collège public du secteur, à 7km de la maison (avantage non négligeable).
Dernier jour de cours. Quelques rares élèves entrent en saluant un surveillant au portail.

Lequel surveillant, nous voyant arriver, nous accueille d’un « Bonjour Zébrette, comment tu vas ? tu nous rejoins à la rentrée ? tu entres en quelle classe ? «

Et la Zébrette, détendue par cet accueil, de répondre enjouée à …. Son ancien professeur de tennis !!

La principale nous a accordé une heure d’entretien. A aucun moment, elle n’a manifesté d’impatience, malgré les têtes qui parfois passaient par l’entrebâillement de la porte pour la solliciter.

Elle nous a écouté, a parlé avec Zébrette, a réagi quand j’ai cité l’argument du collège actuel « ne pas sauter une classe pour (entre autres hein.. ce n’est pas la seule raison avancée) ne pas perdre les amitiés nouées ».

Nous avons échangé sur le peu d’outils à sa disposition, sur sa volonté d’accompagner chaque enfant à son niveau d’excellence, mais sur les difficultés d’applications de ces/ses souhaits avec un corps professoral de 70 enseignants.

Nous avons parlé d’enfants précoces. Le cas d’un saut de classe au collège s’est déjà présenté, pas tous les ans, mais à plusieurs reprises. C’est « amusant » car nous connaissions un de ces enfants pour qui c’était le 2° saut. J’avais échangé par texto avec la maman, la veille (qui d’ailleurs regrettait ce 2° saut) mais R. et Zébrette n’ont pas du tout le même profil et la principale l’a tout de suite souligné.

En résumé (oui parce que ma productivité professionnelle du jour est euh… non optimale..) , elle accueillera Zébrette en 4° anglais/espagnol/latin, elle informera l’équipe dès cette année du profil particulier de sa nouvelle élève, et me demande de prendre rv dès la rentrée avec son professeur principal.

Mais elle a regardé les effectifs de 3° pour s’assurer qu’il y avait de la place en cas de glissement en cours d’année, avec les bonnes options.

Elle propose d’apprendre à se connaitre mutuellement et de faire un point vers la fin du 1° trimestre.

Elle a bien expliqué les choses à la Zébrette lui disant qu’elle ne voulait pas qu’elle soit déçue, mais qu’elle lui faisait la promesse d’examiner les choses, même si elle ne pouvait assurer si ’il y aurait glissement ou pas.

Elle lui a expliqué combien il était important de venir la voir ou l’une des deux CPE (une pour les 6e/4e, une pour les 5e/3e) quand elle voulait.

Elle a remarqué l’enthousiasme de la Zébrette qui a pu s’exprimer sans (trop de ) timidité.

Elle a pu entendre ses arguments pertinents sur « oui mais si on ne m’accepte pas pour mes études après le bac, je pourrais faire une année d’équitation » et elle a trouvé le choix du collège cohérent avec le choix du futur lycée (à deux pas, mais privé).

Bref… personne ne sait ce que l’année nouvelle nous réservera, ni comment Zébrette abordera l’ennui et les répétitions. Personne ne sait si elle glissera, si ce sera encore nécessaire, si elle trouvera son compte autrement, si elle sautera plutôt la 3°, si ce sera pire ou meilleur…. Vous me connaissez un peu… Le pire n’est jamais certain!

Mais si une chose est certaine, palpable.. c’est la lumière qui rayonnait sur son visage quand la principale a demandé si on voulait réfléchir ou prendre le dossier d’inscription

Et Zébrette l’a coupée « non, non.. je suis sure… on s’inscrit ».
« tu es motivée dis donc »
« oui…. Très motivée !! »

Alors que l’on rentrait à la maison avec le précieux dossier, Zébrette lit « options : latin / provençal »

« maman.. je veux faire les deux »

Bon.. ce n’est pas possible.. mais ce n’est pas grave.. elle est déjà partie découvrir sa liste de fournitures.

Quant au Gars, il est ravi. Il n’ira plus chercher sa fille au bus, le nouvel arrêt étant à 100 mètres de la maison. Et surtout, il ne craindra plus de savoir sa fille dans les rues de Salon « à trainer » pour aller chercher un bus lointain. Ce sera un arrêt scolaire aux portes du collège.

Et moi dans tout ça…je vais décompresser… Savourer l’été qui arrive… et repousser un peu plus loin le spectre d’un nouveau saut de classe, donc d’un départ avancé du foyer familial… le repousser mais sans sacrifier Zébrette qui du coup m’inonde de textos au bureau pour me dire qu’elle est contente…

1, 2, 3…. VACANCES !!!

Étiquettes : , , , , , ,

5Commentaires

  • mamie dit :

    Je suis ra-vie !!! Que ce soit son choix, sa décision…
    Cet enthousiasme pour ce nouveau chemin, quasi l’inconnu, dénote d’une grande souffrance qu’elle essayait de cacher pour ne pas inquiéter ses parents.
    La Principale semble ouverte, à l’écoute. Que du positif !

  • Juliette dit :

    Je suis ravie pour Zebrette, comme quoi il existe encore des personnes suffisamment ouverte pour accepter et gérer chaque enfant avec sa spécificité. Très bonnse vacances.

  • Gwen C. dit :

    C’est le premier article de votre “vie quotidienne” que je lis, je vous ai découverte grâce aux tribulations d’un petit zèbre, et déjà ça me rempli de joie pour votre zébrette ! C’est chouette que et te proposition soit venue d’elle et que ce soit possible. Je vous souhaite un bel été 🙂

  • sabine dit :

    Ce merveilleux message me remplit de joie pour elle, pour vous , et aussi très égoïstement pour mon petit zèbre qui entre en 6eme et pour moi… Car j’en suis également là de mes réflexions, et lui de son parcours … Nous avons obtenu une dérogation pour un autre collège de la ville et nous irons présenter le zébreau( et son mode d’emploi !) à son professeur principal dès la rentrée. Votre ” le pire n’est jamais certain ” fait écho au ” on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise” du papa zèbre, et moi, entre les plans B, C, D etc…..que je ne manque jamais d’échafauder, et ce type de pensées positives , je me dis ” c’est bon, on peut y aller, on est prêt!!”
    Alors oui, profitez bien de vos vacances :cool: , et pour le reste et bien ma foi… on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise :) !

Laisser un commentaire