Jusqu’au bout de ses rêves

C’est le titre de la conférence de Roberta Poulin, Doris Perrodin et Olivier Revol, avec la participation de Fanny Nusbaum.

En fait le titre complet était :

Accompagner l’enfant à haut potentiel de la maison à l’école et jusqu’au bout de ses rêves“.

Et faisait écho au livre écrit à 6 mains

100 Idées

 

Olivier REVOL : Auteur de nombreuses publications scientifiques concernant la précocité intellectuelle, l’hyperactivité et les difficultés scolaires. Pédopsychiatre, il milite depuis vingt ans pour que chaque enfant, quelles que soient ses compétences, découvre à l’école le plaisir d’apprendre. Il dirige un Centre de référence pour les troubles de l’apprentissage à l’hôpital neurologique de Lyon et enseigne à l’Université Lyon 1. Spécialiste des pathologies liées à l’échec scolaire, il s’appuie sur une approche médicale.

Doris PERRODIN CARLEN : Enseignante, formatrice des enseignants en formation initiale et continue, coach de jeunes à haut potentiel en difficultés scolaires. Diplômée ECHA (European Council for High Ability), elle est aussi  l’auteure de Et si elle était surdouée ?

Roberta POULIN : Ex-présidente  de  l’ASEP  (Association Suisse pour les Enfants Précoces)  est mère de deux enfants à haut potentiel.

Avec la participation de Fanny Nusbaum, Psychologue, Docteur en psychologie , présidente et dirigeante du centre Psyrène à Lyon  “les outils du psy pour aider les enfant HP” et Pecub, illustrateur

Et organisé par l‘Afep Rhône

 

 

Autant dire que j’attendais fébrilement ce jour depuis un moment.
J’avais planifié de monter à la capitale à Lyon avec la Zébrette.
J’avais planifié d’y retrouver des amies chères.
J’avais planifié d’y retrouver de belles personnes que je vois trop peu souvent..

Et le jour est arrivé .. Enfin!

Embarquement TGV avec la Zébrette très contente de l’aventure et de retrouver le Zébrillon d’Alexandra Zébrounet.

“Maman… mais il n’y a pas de ceinture de sécurité ?”

Bon.. ce n’est pas comme si elle avait déjà pris le TGV plusieurs fois n’est-ce pas!!!

Une heure de trajet… c’est du rapide.
Arrivées à La Part-Dieu, nous n’avons pas mis longtemps pour retrouver Alexandra et son fiston. La Zébrette a été un peu impressionnée de voir à quel point il avait grandi Certes… on ne se voit pas grandir… mais les autres vous rappellent que le temps file! Quant à moi, j’étais contente de passer un moment en tête à tête avec Alexandra. Je ne suis pas bien douée au téléphone, pas à l’aise sur Skype, alors si nos échanges sont nombreux (vive l’écrit) , j’apprécie particulièrement ceux que nous avons en “live”.

Je vous passe la séance de choix du burger… la journée n’y aurait pas suffit si je n’y avais pas mis un peu de fermeté bienveillante…

Direction l’hôpital neurologique pour retrouver nos conférenciers!

Une après-midi placée sous le signe des échanges riches, émouvants et du trop peu. Trop peu de temps, trop peu de moments en tête à tête.

Mais pas trop peu de monde!!! Puisque la conférence se jouait à guichet fermé!

L’occasion également de retrouver les personnes , en chair et en os, avec qui ont a l’habitude d’échanger sur le Net.

Avant le début de la conférence, l’accueil chaleureux d’Olivier Revol envers la Zébrette et le Zébrillon… Il n’y a pas à dire, ce Doc sait mettre les gens à l’aise en un clin d’œil ou une poignée de main.

La Zébrette est souvent intimidée quand elle ne connait pas (et souvent un flux de paroles incessant quand elle est en confiance.. Alexandra a pu en faire les frais!). Et pourtant, elle tenait à parler au Doc et à faire la queue pour lui offrir un dessin en fin de conférence. L’horaire du TGV de retour n’a pas permis la chose, mais c’est certain, ce n’est que partie remise.

Pour nous le plaisir de revoir également Doris Perrodin. Les saveurs d’une soirée dans un bouchon lyonnais remontent instantanément. Ce petit bout de bonne femme est une telle source d’énergie et de positivisme!!!!

Quant à Roberta Poulin… prive

15078963_535687906627963_8461710619979415907_n

Roberta Poulin, Olivier Revol, Doris Perrodin

 

Une autre rencontre merveilleuse de cette journée.. Pécub!
En chair et en os!

Pour ceux qui ne connaissent pas ce dessinateur hors norme (Pierpaolo Pugnale), je propose la visite du site rpn.

pecub2

La Zébrette a tout de suite été attirée par le personnage! Alors, quand il lui a proposé de poser sa chaise à côté de la sienne, elle ne s’est pas fait priée. D’ailleurs, après la conférence, elle a pris un vrai plaisir à participer à la vente des dessins de Pécub!

Il y avait foule n’est-ce pas!
pecub

 

C’est Roberta Poulin, longtemps présidente de l’ASEP (Association Suisse des Enfants Précoces, aujourd’hui devenue ASEHP, Association Suisse pour les Enfants à Haut Potentiel) à qui revient le plaisir (?) d’ouvrir la conférence.

Je mets un ? parce que c’était sa première conférence et même si les soutiens dans la salle,  amicaux ou inconnus, étaient nombreux, j’imagine que ce ne devait pas être très simple.

Pourtant je l’ai trouvée bien détendue juste avant de commencer.

Que dire de son intervention?
Ce n’est pas facile de commenter une personne que l’on connait dans la vie.

Et pourtant, j’ai retrouvé l’enthousiasme et la pertinence qu’elle montre dans nos conversations, un humour vif et précis sur le mode de la confidence comme si elle s’adressait à chacun, un à un.

Elle sait nous faire entrer dans son quotidien, même si elle ne le personnalise jamais. Elle sait utiliser son expérience de maman de 2 jeunes filles HP, mais sans ramener le HP à sa progéniture, comme on le rencontre trop souvent.

Elle a une force pour cela. Avoir des années durant animé l’ASEP et tenu la permanence téléphonique. Avoir rencontré des centaines de familles, écouté des milliers de confidences. Son expérience du haut potentiel sert une humanité dédiée aux autres.

Son discours, comme la conférence en général, s’est beaucoup axée sur “les filles”… et c’est pour moi une nouveauté. Elles sont beaucoup moins à l’honneur d’habitude. Et pourtant, leur profil est si différent de celui des garçons la plupart du temps.

Roberta a insisté sur la nécessité de l’identification du HP, tout en mettant en avant que cette identification était un commencement et non une fin !  Et sa remarque sonnait si juste “il est bien plus facile d’amener un enfant de 6 , 7 ou 8 ans à un test alors qu’il va bien, qu’un ado de 15 ou 16 ans qui va mal“.

L’hyperesthésie est un sujet qui a secoué la salle d’un air de vécu fort prononcé 🙂

Le message de “convaincre plutôt que contraindre” était reçu 5/5 ! Associé à la fermeté bienveillante. Bien sûr, il y a des sujets non négociables (aller se coucher, se laver les dents, ne pas se mettre en danger, etc) mais sur tous les autres sujets de la vie, les parents de HP savent que la contrainte est mauvaise conseillère!

Un autre message que j’ai trouvé très fort, et que j’aimerais tellement qu’il soit porté bien au delà des murs de l’amphithéâtre est celui de notre relations, nous parents, avec les enseignants! Comment ne pas agresser des gens qui dans leur grande majorité font leur travail avec sérieux et investissement, comment avoir un discours positif et constructif, comment partager, sachant que nous avons certainement tous une partie de la vérité, sans que personne ne la possède toute entière…L’intérêt de l’enfant passant bien souvent par le fait de ne pas lui faire subir un conflit de loyauté, entre ses parents et son/ses enseignants(s). J’étais convaincue, mais j’ai essayé de tout garder en mémoire pour mes prochains rendez-vous… Combien de fois (aujourd’hui encore) lis-je sur les forums des attaques gratuites envers des professeurs (souvent inconnus des participants). On leur demande de la bienveillance, d’être positif et de valoriser les efforts de nos enfants, alors que nous même, trop souvent, n’appliquons pas ces valeureux principes à leur encontre. Alors osons! Osons leur faire remonter que notre enfant a apprécié telle activité ou va mieux depuis tel changement!

Je ne pouvais que plussoyer (si si j’ose le verbe) quand elle explique qu’il faut lui apprendre l’importance des règles pour la vie en société. Pour lui, pour les autres et parce qu’il ne vira pas en HPides….

La Zébrette, plongée dans ses dessins, de l’autre côté de la salle, me lançait des regards entendus lors de nombreuses anecdotes ou réflexions de Roberta. Même quand le sujet abordé était l’apprentissage nécessaire de la frustration ou le goût de l’effort (qui ne s’apprend pas à l’école ou pas toujours).

Elle n’a pas loupé le clin d’oeil sur l’équitation qui lui était adressé quand le sujet est arrivé sur les aider à se découvrir une passion. Ni celui adressé au Zébrillon, maitre ès StarWars ..yoda

Merci aussi d’avoir retenu la phrase qui est en page d’accueil du blog privé de la Zébrette. Elle me tient particulièrement à cœur tant elle reflète ce que je pense.

Tes yeux auront peut-être la couleur des miens. Ton sourire ressemblera peut-être au sien. Mais tu seras unique, et jamais tu ne seras ni moi, ni lui, ni nous. Nous te dirons ce que nous savons. Nous t’enseignerons ce que nous croyons. Mais toi, tu traceras ton chemin, qui ne sera ni le mien, ni le sien ,mais le tien, ton chemin de liberté.”.Anne-Laure Fournier Le Ray

On retiendra le message d’espoir que Roberta nous a délivré. Je paraphrase car j’ai suivi les règles de la conférence (comme de toute conférence) , ne pas enregistrer, ne pas filmer, ne pas photographier.

 

“Je ne veux plus jamais entendre ou lire sur Facebook ou ailleurs le désespoir d’avoir un enfant HP, le souhait qu’on a qu’il soit “dans la norme”, parce qu’avoir un enfant HP c’est génial, c’est enrichissant, c’est vivant, c’est top!!!”

Après une courte pause, le temps de se régaler des dessins que Pécub a produit durant l’intervention de Roberta, et Doris Perrodin a pris la suite.

pecub1 pecub2

 

Quand Doris Perrodin prend la parole, c’est une personne animée d’une passion, celle de la transmission.
On a tout de suite envie d’être ou son élève ou professeur pour appliquer ses conseils.

Alors pour vous mesdames et messieurs les enseignants, quelques notes prises en vrac.. malheureusement non accompagnées de la fougue de la coach des EHP en difficulté.

La différenciation..
Posez-vous la question “est-ce que tous mes élèves peuvent/doivent faire cela?”. Si vous répondez oui, alors vous ne faites pas de différenciation!!!

Posez vous aussi la question ‘est-ce que tous mes élèves utilisent leurs ressources”..

Un des freins à l’accélération des HP est qu’ils font des erreurs. Mais regardons le cycle:

La répétition ==> l’ennui ==> les erreurs d’inattention ==> “tu fais des erreurs, du dois recommencer” ==> la répétition.

Choisir c’est renoncer. Je vous propose de relire l’anecdote du choix du burger en haut de cet article. A croire que Doris était avec nous au Burger King!!!!

Proposer des questions ouvertes. Mais cela demande du temps qu’il faut être prêt à donner. Demander “cite moi 10 animaux que tu ne verras probablement jamais” ou “que se passerait-il si il n’y avait plus d’insecte sur Terre” permet l’expression des élèves, mais plus de temps qu’une question fermée!

Apprendre Le truc donné par Doris, je l’ai appliqué ce soir même! Il concernait l’orthographe, mais il a servi pour la mémorisation d’un mot de vocabulaire de latin récalcitrant (decet, decere, decuit). Faire écrire le mot de la main droite, yeux ouvert, de la main gauche yeux ouverts, de la main droite yeux fermés, de la main gauche yeux fermés.  Pour permettre sa mémorisation. Je vous dirai demain ce que ça a donné (à part la bonne humeur de Zébrette en ouvrant les yeux sur sa production !).

Les devoirs ritualiser dès le plus jeune âge. Rentrer de l’école, prendre le goûter et se mettre aux devoirs. Avoir du temps pour jouer ensuite. Ainsi l’enfant intégrera le jeux après et sera plus motivé pour finir ses devoirs. Et il est moins difficile de s’y mettre quand on est encore “dans le temps scolaire” (donc pas trop longtemps après la sortie de l’école).

Franchement, écouter ces enseignants (ou anciens enseignants) si bienveillants envers les EIP, si motivés, si plein de ressources.. bou diou.. que ça donne la pêche!

On en oublierait presque que ça peut encore être parfois compliqué avec l’éducation nationale.

pecub3 pecub4

 

La conférence s’est terminée avec l’intervention d’Olivier Revol.
Il souligne les progrès de l’Education Nationale, en particulier dans l’académie du Rhône.

Les Take-Home-Messages étaient aussi relatifs aux filles.
Never Complain, Never Explain.. ou comment les filles intériorisent, cachent, se conforment à ce qu’elles pensent que l’on attend d’elles. Comment pour les filles il est important de faire plaisir. Au professeur, aux parents.. Et donc comment elles se su-radaptent.

Le regard insistant de la Zébrette ne font que renforcer mon sentiment de malaise. Bientôt le conseil de classe. Mes messages au collège restent sans réponse. Les ont-ils seulement lus? Comment leur faire comprendre qu’elle est l’archétype du Never complain, Never Explain? M’sieur Revol…. c’est un tout petit collège de province (bon 1000 élèves tout de même).. mais votre éclairage y serait bienvenu. Allez, je reconnais que de l’avis de tous, l’équipe éducative est à l’écoute et au top. Je vous dirai bientôt si j’ai trouvé aussi.

Je vous rapporte la citation qu’il a piqué à Roberta “What a human could be, a human must be!” (Carl Rogers) et c’est bien à cela que nous devons nous atteler. Peu importe d’ailleurs qui nous sommes, HP ou pas. Le tout étant, pour ne rien regretter, de se donner les moyens de réaliser ce que l’on est.

Un petit passage par les tics/tocs/tacs (non les tacs sont des troubles de l’acquisition de la coordination… de la dyspraxie autrement dit 🙂 ). Roberta quant à elle rapportait que pour ses filles, elle avait tenté d’ignorer les tics naissants et qu’ils étaient repartis comme venus, assez rapidement.

Une anecdote de consultation qui m’a fait sourire. Au sujet d’une réflexion d’un jeune patient “je vais essayer d’être plus gentil avec ma petite soeur”.

“non, tu ne vas pas essayer. Tu fais. ou tu ne fais pas!”

Pour utiliser souvent cette phrase, je me dis qu’à force de conférence, elle a dû creuser quelques sillons dans ma matière grise 🙂

Décodage du langage ado “vite fait”/”ca va!” ==> non, ça ne va pas. Surtout si c’est une fille qui le dit. On retrouvera la face immergée de l’iceberg dont nous parlait Roberta. Et les parents de filles HP se sont très certainement retrouvés. La fille qui ne veut surtout pas inquiéter ses parents, surtout si un petit / grand frère pose des soucis à la maison.

L’impulsivité. On a souvent dit que l’impulsivité était un symptôme (comme l’inattention) telle la fièvre dans une maladie. Et que la fièvre ne donnait pas le nom de la maladie. De même l’impulsivité n’est pas toujours du TDAH.  Elle peut être liée au HP. Mais les deux sont très différentes. Celle du TDAH est un défaut de maitrise , de contrôle. Celle du HP (surtout fille) est une nécessité de trop de contrôle et de maitrise.

Personnalité vs Attitude : ne pas confondre les deux. Ma personnalité est ce que je suis, mon attitude dépend de ce que vous êtes.

Olivier Revol et Fanny Nusbaum ont présenté des images et dit quelques mots sur l’étude qu’ils mènent avec Dominic Sappey-Marinier avec des IRMf des cerveaux d’EHP et de TDAH. Mais je préfère attendre la diffusion officielle des résultats pour vous en parler. D’autant que les conclusions ne semblent pas être celles auxquelles on s’attendait.

Ecmnésie Ça c’est pour l’anecdote. J’ai personnellement très souvent ressenti cette ecmnésie. Elle concerne 10% de la population générale mais est très présente chez les HP filles. Ceci explique peut-être cela 🙂 (l’ecmnésie est cette sensation d’avoir déjà vécu la situation présente et nouvelle).

pecub-zebre

 

Pour tous ceux qui ont regretté de ne pouvoir assister à cette conférence (parce que ne vous leurrez pas, aucun billet ne remplacera l’énergie puisée dans cette après-midi), les 3 co-auteurs remettent le couvert le 18 Mars prochain, même heure, même endroit !!! (inscriptions sur le site de l’Afep )

 

Un très grand merci à ces conférenciers de talent. Un grand Bravo à Roberta Poulin pour qui c’était une première très réussie. Un grand merci à Pécub qui a ponctué la conférence de remarques aussi pertinentes que rigolotes. Et également à l’Afep Rhône qui a permis à cet événement d’exister.

A très vite j’espère!

Étiquettes : , , , ,

11Commentaires

  • Emmanuelle dit :

    Merci de cette fidèle restitution de cette conférence passionnante et ce partage de tranche de vie. Je suis enseignante et je me retrouve totalement dans votre ressenti. Bluffée par la très grande bienveillance de Roberta et sa connaissance des situations scolaires (j’ai même cru qu’elle parlait de ma classe quand elle citait la séparation des parents de A, le bras cassé de B, l’hyperactivité de Y., la dysphasie de M. etc., et je rajouterai la souffrance de tous leurs parents et de toutes mes collègues car on travaille dans une école “difficile” où la violence nous … violente !). Ce regard aussi précis que positif sur ma profession et ce témoignage si éclairant de la réalité du quotidien de toutes les familles de zèbres sont des ponts jetés entre deux mondes qui peuvent se mé-comprendre (mais pas toujours) faute de bien se connaître. De judicieux conseils ont été formulés car quelque soit le profil des élèves à qui j’ai du donné “un supplément d’âme et de travail” pour leur permettre de s’épanouir et d’apprendre, c’est toujours quand nous avons pu instaurer une relation de confiance mutuelle, la famille et moi, que cela a le mieux marché. Et pas de plus belle récompense que des petits retours comme “maintenant, il/elle a envie de venir”, cela vaut tous les golden parachutes du monde !
    Quant aux précieuses recommandations de Doris, elles sont scrupuleusement consignées dans mon cahier en attendant d’être saisies sous forme de cartes mentales (tiens voilà un autre conseil intéressant !) pour être partagées avec mes collègues.
    Enfin, en ce qui me concerne mon “take school message” sera “si le plan A ne marche pas, l’alphabet comporte encore 25 lettres” … ça laisse de la marge et de l’espoir !”
    Je vous souhaite d’aller jusqu’au bout de vos rêves et de les avoir suffisamment GRANDS pour ne pas les perdre de vue.

    • Roberta dit :

      Merci pour votre engagement et votre bienveillance ! Merci aussi de participer à une conférence sur le sujet, un samedi après-midi ! c’est à dire sur votre temps libre, durant un week-end.
      Quand à votre “Take school message” j’adhère totalement !

  • Fabienne dit :

    Bonjour

    j’y étais et c’était seulement magique ….
    Je n’ai pas pu rester pour la toute dernière partie donc merci pour toutes ces infos
    Une question toutefois :

    Je vous cite “L’impulsivité. On a souvent dit que l’impulsivité était un symptôme (comme l’inattention) telle la fièvre dans une maladie. Et que la fièvre ne donnait pas le nom de la maladie. De même l’impulsivité n’est pas toujours du TDAH. Elle peut être liée au HP. Mais les deux sont très différentes. Celle du TDAH est un défaut de maitrise , de contrôle. Celle du HP (surtout fille) est une nécessité de trop de contrôle et de maitrise.”

    j’ai beau relire je n’arrive pas à comprendre comment cela est une nécessite de contrôle …. Pourriez vous / tu m’expliquer ? merci

    (deux enfants, un sans doute TDAH et HP, l’autre sans doute HP)

    • La Fille dit :

      La caractéristique principale du HP est son désir de tout contrôler. “Moi tout seul” ou le syndrôme Kirikou 🙂
      Leur besoin de garder le contrôle d’une situation peut les amener à prendre des décisions impulsives et sans réfléchir.
      Juste pour “garder la main” et le contrôle de ce qui se passe.

      • Fabienne dit :

        Merci pour votre réponse :)
        Les décisions seraient donc prises pour avoir “raison” par exemple, pour avoir le dernier mot, pour avoir l’impression que même s’ils ne connaissent pas / maîtrisent pas, ils ne veulent pas perdre la face ?!
        Si oui, alors oui les deux répondent à cette définition (plus le “moi tout seul”;)
        et le désir de tout contrôler est exacerbé chez moi aussi …en plus de l’hypersensibilité, l’hyperesthésie…

  • Tran dit :

    Merci pour ce beau résumé et votre réactivité !!!
    Catherine Tran.

  • AUDINOS dit :

    Merci pour ce super résumé de la conférence à laquelle j’ai assisté avec mon mari !
    Première conférence sur les HP et quelle joie d’entendre parler positivement de ce sujet.

    Votre blog est d’une grande aide pour les parents découvrant petit à petit les joies et les difficultés des HP.

  • Pinel patricia dit :

    Ah ! Comme j’aurais aimé y être ! Très impatiente d’en savoir plus sur les résultats des études irm, le sujet m’intéresse beaucoup.

Laisser un commentaire