Un beau bilan…

Voilà, demain les vacances de Noël commencent se terminent. (Oui bon, j’ai mis un peu de temps à écrire ce billet 🙁 )

L’occasion de souffler pour la Zébrette et ses camarades.

D’autant que ces derniers jours ont été rudes. Une gastro sévère (Zébrette a même fait un malaise, le temps de me lancer “Maman, ça ne va pas du tout” et que je fasse les 3 mètres qui nous séparaient et elle est tombée dans les pommes, et dans sa chute s’est cognée fracassée la tête contre la baignoire), puis le temps de retourner à l’école 2 jours, et de nouveau un état fébrile accompagné de migraines.

D’habitude elle nous fait ça le lendemain des vacances. Supputons que ce qui est fait n’est plus à faire 🙂

Fin Novembre, il y a eu le conseil de classe (mon premier dans le public). Les félicitations que n’est pas venu ternir un 9,20/20 en EPS.

Les commentaires de la prof étaient fort sympathiques (sans aucune ironie de ma part) soulignant son manque de confiance en elle mais une participation et un enthousiasme sans faille. Mettons que le volley-ball ne soit pas sa tasse de thé. Ceci dit, aujourd’hui elle a eu .. interro surprise en EPS.

C’est quoi une interro surprise en EPS? c’est une interro sur feuille!!! A nommer les différents coups de la boxe 🙂 On verra bien !

Malgré cela, elle reste en tête de classe avec un groupe d’élèves excellents (5 élèves sont au dessus de 17 de moyenne générale).

Mais l’enjeu de ce premier trimestre n’était pas du tout les résultats scolaires. A tort ou à raison, ils nous laissaient peu de doutes.

Non, l’enjeu était l’intégration dans un nouveau collège et la prise en compte de son ennui profond.

Le collège a été, dès les premiers jours, à l’écoute, la direction, la CPE…

Ils voulaient se donner un trimestre pour évaluer leur nouvelle élève et trouver la meilleure solution pour elle.

Ca tombait bien… c’était aussi mon but.

Un rendez-vous avant les vacances de Toussaint pour faire un premier point et ré-expliquer à tous les objectifs et les premières observations.

Zébrette voulait toujours glisser en 3°. Souhait renforcé par la journée Portes Ouvertes du lycée privé qu’elle rêve d’intégrer (pour la Surfacce Pro indispensable???? parce qu’il jouxte son collège alors que le lycée public est à 30 km de la maison? ).

La journée PO a été un grand moment pour moi aussi. Des enseignants et une direction très à l’écoute, un prof de maths à peine plus vieux qu’elle (je plaisaaaaante) mais tellement dans la bienveillance et l’envie de partager sa passion, et tous les autres également investis.

La cerise sur le gâteau..retrouver sa prof d’EPS et la documentaliste de son ancien collège privé (pour mémoire, cette année et la suivante se font dans le public). Sa prof d’EPS qu’elle adore et qui le lui rend bien!

Il était convenu que la décision d’un glissement ou d’un maintien se prendrait au conseil de classe du premier trimestre.

L’année qui avançait m’inquiétait un peu. En 3°, il y a le brevet, les inscriptions au lycée, etc. Ce qui me semblait, scolairement évident en début d’année, devenait, à mon sens, de plus en plus risqué. Mais j’avais pris le parti d’accompagner la Zébrette dans sa démarche et je gardais ces doutes pour moi.

La prise de décision fut un peu retardée car ils souhaitaient que Zébrette rencontre la copsy.

C’est là que les choses ont changé. Zébrette est tombée malade, a beaucoup manqué l’école.
A son retour, ses copines (avec qui elle avait partagé son souhait de glissement et qui l’encourageaient.. à renoncer) ont été aux petits soins. Elles ont exprimé leur inquiétude de ne plus la voir “On croyait que tu avais changé de classe“.

Une sollicitude inhabituelle dans sa vie d’écolière, de collégienne. Pour une fois, elle tait intégrée dans un groupe d’amies et, le meilleur, au sein de sa classe.

Elle qui soutenait avant son absence qu’elle saurait se faire des amies en 3°, verrait ces amies actuelles à la récré, se renfermait étrangement.

Un soir, dans le calme de sa chambre, je lui ai suggéré “tu ne veux plus faire ce glissement n’est-ce pas? Tu préfères rester avec tes copines!

Gênée, elle m’a demandé ce que j’en pensais. “Rien ma belle, je suis là pour t’accompagner, quel que soit ton choix. Et je comprends que les copines soient importantes.” (en taisant que personnellement, un saut de moins arrangeait ma possessivité maternelle. J’ai toujours eu peur de ce 3° saut pour ce qu’il l’obligerait à quitter la maison à 15 ans).

Le RV avec la Copsy a eu lieu. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’y est dit. Qui a lancé les idées, qui a rebondi, qui a suivi, qui a souhaité.

Mais peu importe. La discussion a oscillé entre glissement et aménagements/approfondissements. Zébrette soulignant que les aménagements/approfondissements permettraient de concilier ses amies et la résolution de son ennui.

Elle était plus sereine, trouvant du positif dans les 2 options présentées et au final, ne montrant pas de préférence pour l’une ou l’autre des solutions.

La décision est arrivée la semaine suivante, juste avant les vacances de Noël.

Annoncée par le principal adjoint (en charge des 4°), il avait sur son bureau la circulaire du ministère de l’éducation, fraichement imprimée, qui décrivait les besoins spécifiques des EIP.

Pour le télécharger

Le professeur principal était chargé d’expliquer et de fédérer les autres enseignants. Selon le principal, un grand pas était fait : celui de porter à la connaissance de tous les intervenants la précocité de Zébrette.

J’ai exposé ma satisfaction … et mes doutes. Le plus important étant que les aménagements dépendent de la volonté de chacun et que je comprendrais que certains se fassent la réflexion “elle est très bonne élève, comme tout un groupe de cette classe. Pourquoi elle? Pourquoi aménager pour elle? Pourquoi cet ennui est-il “insupportable?“.

On a convenu de faire un point fin Janvier, début Février.

C’était 2 jours avant les vacances. Et déjà certains professeurs (avec plus ou moins d’habileté, mais l’intention et la volonté étaient là, bienveillantes, intéressées, soutenantes) lui ont proposé des “choses”. Entre tel professeur qui a discuté avec elle pour comprendre quand/où/pourquoi elle s’ennuyait tant dans son cours (20 de moyenne au premier trimestre), tel autre qui lui propose du travail supplémentaire pour les vacances (euh.. non merci… Elle a su lui dire que ce n’était pas du “plus” qu’elle souhaitait mais du “autre”;), telle autre qui lui a proposé un livre à étudier (en anglais) mais sans obligation de rendu à la rentrée.. pour qu’elle le fasse si elle le voulait, quand elle le voulait (on est à la veille de la rentrée.. le livre est lu, et elle s’attèle aux questions de commentaires). A noter que c’était un livre court, simple, sympa, plein d’illustrations. Du plaisir. Pas du travail “en plus”.

Voilà, les vacances ont été consacrées au repos et à la déconnexion (d’ailleurs mes oreilles souffrent un peu de la déconnexion totale du piano là, tout de suite). La rentrée c’est demain.

On y croit. On espère. Mais surtout on se sent accompagnées.

2017 sera l’année des amitiés de collège. 2017 sera l’année de l’équilibre scolaire. 2017 sera l’année où l’école et la vie en général seront un long fleuve tranquille.

2017… comme chaque année neuve.. l’année de tous les possibles!

Étiquettes : , ,

7Commentaires

  • Frédérique CAMPFORT dit :

    La reprise s’est bien passée, la miss ne regrette pas déjà son choix ?

    • La Fille dit :

      Hummmm. Sarah a lu le forum de la Savane des Ados?
      Parce que oui elle regrette.
      Ses copines sont plus distantes..
      Et ce fut la seule raison pour laquelle elle l’a refusé.
      Reste à espérer que ça ne soit que passager…. 🙁

      • Frédérique CAMPFORT dit :

        Sarah ne m’en a pas parlé… Je viens de lui demander, elle me dit qu’elle n’y va pas tous les jours… En ce moment, autre chose la préoccupe, une de ses amies menace de se suicider, donc l’ambiance n’est pas top au collège non plus… Et elle ne supporte plus le français (elle trouve la prof injuste) et aimerait bien en être dispensée…

        • La Fille dit :

          J’avais vu (de ta part, pas de la Savane) pour les idées suicidaires de sa copine 🙁
          La mienne tout à l’heure en a parlé (du sien) “pour rire”. Sauf qu’elle ne rit jamais avec ça en temps ordinaire…
          Elles doivent être en train de cyberjouer ensemble à cette heure 🙂

          L’année va être bien longue….
          tu crois que c’est possible pour le français???

          • Frédérique CAMPFORT dit :

            Pour le français, elle devra prendre son mal en patience, je ne demanderai rien… Et d’un côté, elle dit qu’elle aimerait être dispensée, de l’autre elle déteste se marginaliser, donc ça ne collerait pas ;)
            Est-ce que ça va mieux avec les copines pour Zébrette ?

          • La Fille dit :

            ça va. Pas assez bien pour effacer le reste, la vacuité des journées.

  • Yves-Alain THÉVOZ dit :

    La lecture de votre billet me fait écho et son ton positivement orienté (ainsi qu’avec sa dose de doute inévitable) est porteur.
    Cette implication des professeurs, avec leur envie de bien faire et leur bienveillance fait plaisir à lire. Je vous souhaite que cela soit fructueux.
    À toute la famille à rayure, je souhaite une année 2017 sereine, variée et intéressante, mais avec tout de même quelques escales reposantes tout au long de ce voyage ;).

Laisser un commentaire