Le coeur ou la raison ?

C’est souvent un choix difficile. Comme nombre de choix… Je le répète à l’envi : choisir c’est renoncer..

Sauf que je ne suis prête à renoncer ni à mon coeur ni à ma raison!
Et que je ne sais même pas lequel des deux est dans le juste. Alors quoi ? Pile ou face ?

Pile je choisis le Coeur. L’option qui me laissera ma Zébrette près de moi un peu plus longtemps. L’option qui ne la mettra pas en danger (euh.. à voir) ni pour les apprentissages, ni pour le décalage avec les autres. L’option qui sécurisera son bac et son post-bac. L’option logique de laisser sa scolarité s’écouler dans sa morne plaine et de ne pas la suivre dans sa volonté de sauter une classe, volonté exprimée depuis la 6°.

Face je choisis la Raison. L’option qui me dit que laisser la Zébrette se débattre avec son Ennui, déprimer chaque soir, trouver qu’elle est une vache qui regarde passer les trains… est un risque important. Trop important ?

J’ai beaucoup de mal à me positionner… un jour côté coeur, un jour côté raison.

Vers la Toussaint, j’ai eu un premier entretien avec la principale et le principal adjoint, en charge des 4°. Ils se sont donnés jusqu’à la fin du trimestre pour proposer un saut de classe.

Zébrette est tombée malade peu avant les vacances de Noël et à son retour, elle a été convoquée par la psychologue scolaire. Celle-ci lui a dit à quel point ses (nouvelles) copines étaient importantes et que le saut serait dommageable, mais que promis-juré-craché on prévoirait des aménagements pour prendre en compte son ennui. Zébrette a dit « bon, ok pour les aménagements« .

Sauf qu’elle s’est très rapidement rendue compte qu’il n’y en aurait aucun. D’ailleurs la réunion parents-prof début Janvier m’avait donné le même sentiment.

Zébrette a accumulé de la déception, et ne croyait plus en la bonne volonté de l’équipe pédagogique. De mon côté, je ne voulais plus intervenir auprès du collège. J’avais bien entendu entre les mots (ou pas d’ailleurs) que ce souhait d’accélération venait de moi. Je lui expliquais que je comprenais (enfin!) la profondeur de sa détresse, de ses larmes, mais que je ne pourrai rien faire au risque de la desservir.

« Mais si tu y tiens tant… va demander un rendez-vous avec M. Le Principal« 

C’était bien sûr inenvisageable pour cette « ado » de 11 ans., pétrifiée devant les adultes représentant l’Autorité. Alors je lui ai suggéré de lui écrire une lettre.

Un sourire a éclairé son visage et elle s’est installée à son ordinateur. Quelques temps plus tard, elle m’a montré sa production.


Une réunion avec la direction du collège a suivi, pour accentuer la nécessité des aménagements. On était en Février.. déjà….

Au conseil de classe du deuxième trimestre, en Mars, en tant que parent délégué, j’ai eu la surprise d’entendre le principal indiquer aux professeurs:

« On avait dit qu’il fallait des aménagements, je ne sais pas si vous en avez mis en place. J’ai les brochures du ministère à votre disposition »

Tu m’étonnes que rien n’était en place!

L’année a continué et la Zébrette la supportait de moins en moins. Elle tenait grâce à la perspective de la venue de son amie Maëlys après les vacances de Pâques, puis du passage de son Galop 5 en Mai puis de son départ en centre équestre en Irlande en Juillet.

Mais les craquages étaient plus fréquents. Quand elle a compris qu’elle n’avait plus d’espoir de sauter la 3°, elle s’est effondrée. Depuis la 6°, cet espoir est son moteur. J’ai écrit ici ses fins d’années.

Je lui ai réitéré mon soutien…. et mon souhait de ne pas intervenir au collège. 🙁
Elle a alors écrit une deuxième lettre (). C’était début Mai.

 

Elle fut convoquée par la principale et le principal adjoint, seule, et a répondu à leurs nombreuses questions. Ce qui l’a le plus blessée était qu’ils ont répété 3 fois celle demandant si elle était bien l’auteure de la lettre.

« Ils s’imaginaient quoi ? Que je dise oui la première fois, et non les autres?  »

Personnellement, je n’ai eu aucune nouvelle du collège. Ni pour m’informer de la réunion avec Zébrette, ni pour discuter de la suite des événements.

J’ai alors contacté la référente EIP.  Elle m’a consacré de longues minutes au téléphone, mais ne fut pas d’une aide concrète. Elle comprenait tout à fait, mais ne pouvait rien faire. Elle me conseillait de prendre rv avec la psychologue qui avait bilanté Z et forte de ses conclusions, demander une réunion de l’équipe éducative pour exiger des aménagements. Euh.. depuis quand les parents sont-ils en position d’exiger quelque chose? D’autant qu’elle ne pouvait m’accompagner, ni personne de son équipe.

J’ai donc écrit un mail au principal dans ce sens…Non! Pas des exigences! Seulement de la réunion de l’équipe éducative!

Dans le même temps, ne voyant pas trop de solutions, j’ai contacté le lycée privé convoité par Z (elle y avait fait les portes ouvertes, avait discuté avec le proviseur, tous les profs. Le proviseur lui avait fait rencontret certains profs spécialement. Elle y retrouvait une ancienne prof d’EPS qu’elle adorait…;). Peut-être qu’ils la prendraient sans saut de classe?  J’aime bien avoir en avance un plan B (C, D…..)

Bon, ok.. c’était idiot. C’est un établissement sous contrat. Donc il fallait une décision de passage anticipé.

MAIS…. au vu de son dossier, de ses résultats, des lettres envoyées au collège, après consultation des professeurs du lycée… il lui gardait une place.

C’était inespéré. !! Ce mini lycée n’a que 60 places en seconde pour 160 demandes. Les inscriptions se font dès le mois de décembre…………..

Bon ok.. mais le saut n’était pas gagné et sans lui, point de miracle!

Mon appel à la référente EIP n’a pas été tout à fait inutile. Tout comme les conseils d’une autre référente EIP, d’un département d’IDF, qui se reconnaitra. Un grand merci à toi qui m’a rassurée et donné la force d’y croire et surtout éclairée sur les côtés légaux de la chose.

Le principal a convoqué, début Juin, une réunion de l’équipe éducative.
Tous les profs étaient présents, sauf la prof de maths et celle de physique.

L’impression générale était la surprise. Zébrette semblait aller tellement bien au collège!

Un peu d’explication sur le Caméléon, sur la décharge à la maison, sur les risques de l’Ennui.
Un peu de surprise en retour.. puisqu’il semblait qu’ils n’aient pas eu connaissance des courriers envoyés par la miss.

C’est la prof d’EPS qui peut résumer l’avis général: « Elle a très largement le niveau, elle le souhaite, elle est accompagnée, elle est attendue.. Que demander de plus? »

Cet avis était partagé de tous les présents sauf une professeure inquiète de son rythme de prise de note qui sera problématique au lycée. Et puis certains, malgré leur approbation, ont exprimé leur inquiétude quant à la … maturité.

Bon, j’ai tendance à abuser des  » ….  » mais pour le coup, je suis un peu d’accord avec eux. Seulement, je ne cherche pas une solution idéale… juste la moins mauvaise!

Malgré des paroles encourageantes des professeurs, du professeur principal, du principal du collège qui m’a assuré vouloir individualiser les parcours, aucune décision ne serait prise avant le conseil de classe.

Cette incertitude n’a pas empêché le lycée de la convoquer pour un entretien. Ne nous voilons pas la face.. il fut ca-tas-tro-phique !!!!!! 🙂

Zébrette n’a pas prononcé plus de 3 phrases. Le proviseur et le CPE faisaient tout pour la mettre à l’aise. Mais si elle n’avait pas stressé jusqu’à l’entrée dans le bureau, il en était tout autrement là, devant eux. Elle fut envoyée au tableau pour résoudre un problème de Pythagore et un autre sur les propriétés des parallélogrammes. Elle fut tellement occupée à retenir ses larmes qu’elle a terminé par un magnifique:

5au carré -3au carré=2au carré

Bon, oublions bien vite ce rendez-vous raté et sans conséquence puisque le proviseur me remettait le dossier d’inscription. 

Sans conséquence.. mais non sans questionnement.

J’ai laissé Zébrette se débrouiller de se donner les moyens de ses ambitions. Mais était-ce bien là mon rôle? C’est la première fois que je n’arrive pas à être convaincue. Ni de cela.. ni de son contraire. Et si c’était une grosse erreur? Si il valait mieux qu’elle fasse une 3°? Elle est excellente élève. Mais elles sont 3 ou 4 à l’identique dans sa classe. Les autres n’ont pas « tous ces soucis ». Et si elle n’était pas prête? Si elle était réellement immature? Perdue?

Et puis chaque soir venu, je discute avec des personnes qui sont passées par le même chemin. Certaines ont pu/choisi le saut.. d’autres pas et le regrettent… Je lis les phobies, je lis les échecs…Je sais au fond de moi que c’est ce qui l’attend, peu ou prou, si elle doit faire une nouvelle année de collège.

Zébrette est confiante, apaisée. Son professeur principal lui a donné des signaux positifs. Tant mieux car côté social, il y a quelques ratés. Pas avec tous hein! mais deux filles suffisent à lui pourrir la vie.

Ce soir, c’était le dernier conseil de classe. En résumé…
La meilleure classe du collège. Excellent niveau général. Avec de fortes disparités.
Si Zébrette a la meilleure moyenne annuelle, et la meilleure du trimestre, au dessus de 18,5, elle n’est pas la seule!


Ils sont 5 élèves à avoir au dessus de 17 de moyenne générale dont a 3 au dessus de 18!
Ils sont également 5 élèves à avoir en dessous de 10. Une élève en grande difficulté avec un 5 de moyenne générale annuelle… mais qui passera bien sûr en 3°. Un autre autour de 8 et trois autour de 9/9,5.
La moyenne de la classe est élevée à 13,7.

Tout le monde a son passage en 3°.

Sauf la Zébrette…. qui est admise en 2nde !

Le quart d’heure suivant la fin de ce conseil de classe express (30 élèves – 30 minutes), j’étais au lycée, remettant le dossier d’inscription, aussi complet que possible, en mains propres, au proviseur.

Je ne tarirai pas d’éloges sur la disponibilité et la bienveillance de cet homme, sur sa compréhension des différences, sur ses propositions constructives, sur le temps qu’il m’a consacré. Enfin non ! Pas d’éloges finalement ! Parce qu’il ne sera plus là à la rentrée prochaine… alors je lui fais la tête!!! 😛

Voilà une année compliquée qui s’achève. Voilà ma trouspinette qui entrera dans la cour des grands à 12 ans. Voilà des parents un peu désespérés.

Eduquer…. Ex-Ducare….Conduire au dehors… 

Certes… mais pourquoi si vite ?????

 

La Zébrette s’est endormie couchée bien tard. Avec des promesses de rêves de (selon ses mots) recommencer à zéro l’an prochain, une nouvelle vie, bien meilleure (!!!??!!).

Mais surtout … des rêves de Carrousels, à répéter, pour être fin prête pour le spectacle équestre de Dimanche 🙂 🙂 Demain, lever 7h00 grand max. L’équitation n’attend pas!

 

Étiquettes : , , ,

8Commentaires

  • Dans l'attente dit :

    Bravo à la zébrette pour cette initiative et les mots qu’elle a su trouver pour exprimer son ressenti. Nous sommes en discussion avec l’école pour un premier saut pour notre fils, avec avis favorable de la psychologue scolaire. L’instit ne trouve rien de mieux à lui dire qu’il lui donne du travail plus difficile « puisque tes parents le veulent ». En espérant avoir un enseignant plus ouvert l’année prochaine pour qu’il puisse réaliser le saut de classe dont il aurait vraiment besoin.

  • Gwen Choplin dit :

    Très bel article qui me tire des larmes sur la fin… J’espère que votre Zébrette sera sereine cet été pour bien en profiter avant la reprise. Je lui souhaite, un peu en avance, une belle année de seconde !

  • Claire NUNN dit :

    Heureuse pour elle, car sa demande était trop forte pour ne pas être entendue. Il est évident que scolairement, ce sera plus intéressant, plus enrichissant, plus épanouissant. Tes inquiétudes de maman sont légitimes évidemment mais le choix n’existait pas vraiment, tu n’as pas à douter, c’était à mon avis la seule possibilité. C’est important de respecter leur volonté, d’accompagner leur décision, de leur faire confiance. Très belles vacances à vous 🙂

    • La Fille dit :

      Merci Claire!

      « Tes yeux auront peut-être la couleur des miens. Ton sourire ressemblera peut-être au sien. Mais tu seras unique, et jamais tu ne seras ni moi, ni lui, ni nous. Nous te dirons ce que nous savons. Nous t’enseignerons ce que nous croyons. Mais toi, tu traceras ton chemin, qui ne sera ni le mien, ni le sien ,mais le tien, ton chemin de liberté. ».

  • Patrick Misse dit :

    Très touché par ce long combat…… si exemplaire des dénis de réalités et de l’absence de structures scolaires adaptées à nos Zèbres…. Désespoir de tant de parents et d’enfants…. combat qui a permis à la Zébrette de murir , de se déterminer, de se dépasser, de convaincre. Félicitations! et meilleurs voeux pour une seconde heureuse! La bienveillance du proviseur du lycée et le soutien familial aidera la Zèbrette à s’épanouir!

  • Frédérique CAMPFORT dit :

    Bravo la miss ! Tu savais ce que tu voulais, et tu as tout mis en oeuvre pour l’atteindre… J’espère que tu seras récompensée pour ton audace et ta persévérance, et que tu passeras une excellente année de 2nde…

    Message pour la maman: je comprends que ce ne soit pas facile de laisser s’éloigner sa petite fille, mais elle a prouvé qu’elle avait tout d’une grande, et elle est capable de voler hors du nid (enfin, c’est la prochaine étape, car tu la gardes quand même à la maison !), car vous lui avez appris à voler et qu’elle sait que vous serez toujours là pour elle…
    Ton message me fait un peu peur, car ma fille a la même moyenne que la tienne, des commentaires tout aussi élogieux, et l’année de 4ème a aussi été très longue, avec la perte des copines, et de l’envie d’aller au collège depuis Pâques. Mais pour Zébrette, l’ennui durait depuis beaucoup plus longtemps, elle est plus grande que la mienne et passera bien parmi les élèves de 2nde, et dans plusieurs matières, elle s’est déjà avancée… Je pense que cela aurait été dramatique de lui faire faire une 3ème…
    Pour ma fille, je n’ai qu’à espérer que sa classe soit meilleure et plus sympa que celle de cette année…
    En tous cas, je vous souhaite de bonnes vacances, bien méritées !

  • Fait-on le « bon choix » ? :) C’est la question que se posent tous les parents face à un saut (ou glissement) de classe…
    Et ce dilemme – ce questionnement qui empêche de dormir – est pire à chacun de ces sauts. Plus grand encore, plus intense.

    Comme je l’écris tjrs : les sauts de classe sont un pari sur l’avenir ! Seul l’enfant concerné pourra, dans quelques années, dire si c’était judicieux ou non.
    Mais je crois que dans le cas de la Zébrette, elle rêvait de cette 3ème accélération depuis longtemps ;)

    Je vous souhaite à tous les 3 tout le meilleur pour cette nouvelle aventure 😀

    Alexandra

  • […] Allez, je m’en vais faire un petit billet sur ce sujet môa…(ici) […]

Laisser un commentaire