Ils font 3 têtes de plus que moi!

Les dernières cigales fatiguées se sont tues, les grillons peuvent à nouveau être entendus. Dans les fourrés, le mélancolique rouge-gorge et l’espiègle mésange ont repris leurs exercices de chants… Le roman d’été se referme et j’ouvre à nouveau mon moleskine fétiche: l’heure est à l’écriture… (Fabien Desnoyers).

C’est presque ça… Le roman d’été se referme, le sac d’école se remplit : l’heure est au grand saut. Pour elle, pour moi.

Le Lycée!

Je n’ai toujours pas intégré qu’on y était. Qu’elle avait 12 ans. Que ce n’était plus vraiment mon bébé  (depuis longtemps, mais l’illusion était belle).

Je n’ai toujours pas intégré ce que ça impliquait. Et je crois que je ne le veux pas. Je veux juste me dire qu’elle va passer une belle année, qu’elle va aimer l’école à nouveau, qu’elle va s’épanouir. Sans penser à autre chose.

Elle…. Elle n’a pas laissé l’angoisse la submerger comme cela était régulièrement le cas il y a peu de temps encore. Elle a rassemblé ses convictions et ses doutes, ses envies et ses craintes, ses espoirs aussi. Et elle s’est préparée pour ce matin pas tout à fait comme les autres.

Un jean skinny (elle y tient) bleu foncé. Un haut assorti. Une veste sportswear gris clair pour égayer le tout. Défaire les nattes de samedi, pour brosser une longue chevelure épaisse, qui a gardé l’ondulation prévue.

Elle est prête avant l’heure, mais nous faisons, sans nous concerter, tout pour perdre du temps.

Durant le trajet, je garde elle me tient fermement la main. Mais, il est bien clair que je la laisserai à distance de l’entrée 🙂 Bah tiens! Elle nous avait déjà joué cette scène il y a 10 ans tout juste, quand elle entrait en TPS… en nous abandonnant sur le parking de la maternelle pour se précipiter seule à l’intérieur.

Je la regarde s’éloigner. Se mêler aux adolescents, aux presque adultes. Je cherche des différences, des signes distinctifs. Il n’y en a pas ou si peu. Les autres se tombent dans les bras, heureux de se retrouver. Elle est seule. Mais sinon….

Elle est seule, mais remplie de tant d’espoirs. Espoirs qu’elle essaie de faire taire pour ne pas être déçue. A cet âge (comme à bien d’autres), l’important est d’être dans la classe de X, pas dans la classe de Y, avoir un prof principal bienveillant, un emploi du temps correct…

Elle arrive dans le théâtre de verdure (vu la taille du mini lycée inauguré en 2012, c’est un peu pompeux, mais effectivement c’est un théâtre antique moderne en miniature). La stratégie est de ne pas se retrouvée seule et isolée. Les deux personnes qu’elle connaît ne sont pas là. L’appel pour la composition des classes commence par les secondes. Bonne idée!
Son amie est en début d’ordre alphabétique, elle en fin.

A quoi tient le stress d’un enfant, d’un ado, d’un élève ? Au fait qu’au bout de quelques minutes à peine, le calme a été balayé par un brouhaha bien installé. Et qu’elle n’entend plus l’appel. Sa plus grande crainte est alors de rater son nom, de se retrouver seule avec tous les regards sur elle. Elle n’entend que quelques sons. Heureusement, son prénom ne prête pas à confusion et les sonorités sans A sont assez peu courantes.

A quoi tient le bonheur d’un enfant, d’un ado, d’un élève? Au fait de se retrouver avec la seule personne qu’elle connaît et qu’elle voulait absolument dans sa classe.

Le professeur principal les emmène.

On peut croire aux signes ou pas. Mais quand ils sont bons, autant y croire. Même si ça ne dure pas. Autant croire qu’une journée qui commence si bien ne peut que bien continuer.

C’est une prof de français, pleine d’humour et de bienveillance. Nous l’avions rencontrée aux Portes Ouvertes en novembre 2016. Mes propres souvenirs sont flous, mais elle m’avait laissé un sentiment de douceur et de compréhension.

A quoi sent-on la compréhension et la bienveillance ? A mille et un signes bien sûr, mais là, ce matin à sa discrétion de connivence. Elle demandait à ceux qui le savaient le métier qu’ils envisageaient. Zébrette répond « vétérinaire équin ». Chacun développe un peu. Zébrette parle de son inquiétude de ne pas avoir fait de stage en clinique vétérinaire pour être certaine de son choix. La prof lui répond qu’elle pourra le faire en 2nde. Zébrette se tait. La prof a compris. A la fin du cours elle lui dit « Hum, même en 2nde tu seras trop jeune c’est bien cela qui te chagrine? ». Avant ou après, je ne sais pas, elle la rassure, en aparté : « tu ne fais pas différente des autres élèves, on ne remarque pas du tout ton âge ».

J’étais au premier rang entre deux Eva. Une, je ne sais pas si elle se souvient de moi, mais on était ensemble à l’équitation avant. L’autre……. Elle fait 3 têtes de plus que moi mais elle est très sympa.

La matinée s’est passée. La principale adjointe semble convenir à ma zébrette.. Tant mieux 🙂 La principale semble plus… distante. Le CPE est dit-on sévère.

Parler, rassurer…

D’autant que le premier test est annoncé. Ecrit/Oral d’anglais. En binôme.

Aïe. Faire un binôme quand on ne connaît quasi personne (parce que sa copine vient du même groupe scolaire et a déjà un groupe d’amies…;).
Aïe. Faire un binôme quand le travail en groupe n’est pas une évidence, dépendre des autres. Mais cela sera une grande part des progrès à faire cette année 🙂
Aïe. Quand le mot « évaluation » met en branle cortisol et autres hormones pas du tout endorphines.

Parler, Rassurer.
Ils sont 35 dans la classe, 11 garçons…. 24 filles… Mais heureusement, certains garçons font « jeunes » sans barbe au menton (dixit).

Les élèves sont repartis à midi avec un emploi du temps (blindé mais beaucoup de travail personnalisé et d’accompagnement), une adresse courriel, mais pas encore de numéro de casier ou de Pronote.

Une gamine vraiment heureuse de sa première journée.

L’ambiance est tellement différente de celle du collège. Tellement sérieuse. Tellement.. adulte..

Une gamine un peu stressée, mais c’est bon signe! Signe que les extraterrestres ne me l’ont pas enlevée et remplacée.

Une gamine qui a une matinée de français demain (donc avec sa prof principale bienveillante).

Une gamine à qui personne n’a parlé de son âge.

Une gamine qui a commencé « Bel Ami » avec un peu de regrets car pour cela et vu les délais il lui fait (momentanément) abandonner « Les fourmis ».

Une gamine qui a préparé toutes ses affaires, changé son organisation pour être plus efficace.

Une gamine qui vient d’éteindre la lumière en réclamant 1000 bisous et en ajoutant:

Parce que pour ça, Maman, j’ai toujours 12 ans !

 

Étiquettes : , , ,

17Commentaires

  • […] cette rentrée (à lire là), elle prend ses marques. Elle s’organise avec sa tablette, ses prises de notes, ses devoirs […]

  • Valérie dit :

    Nathalie, il est beau ton billet…. j’espère que cette première semaine ouvrira la voie d’une année aussi chouette qu’elle semble s’annoncer 🙂

  • Anna dit :

    Vraiment ravie pour vous que cette rentrée se soit bien déroulée ! Cela augure une bien belle année pour elle.
    Ma zébrette de 14 ans est rentrée en Terminale S … pressée de retrouver son amie qui entre en 2nde dans le même lycée qu’elle et déjà angoissée pour le bac et le post-bac…
    Mais pour les câlins avant de s’endormir elle est toujours mon bébé 🙂

  • Elsa dit :

    Tout débute sous les meilleurs auspices…l’année ne peut qu’être à cette image ! 🙂

  • magali dit :

    Vos mots résonnent tellement pour moi….maman d’un zèbre de 13 ans (depuis avril) qui vient aussi de faire sa rentrée au lycée. Il nous a dit à son papa et moi avant de partir hier en souriant en coin: »Ca y est, il va falloir que je recommence à regarder en hauteur » (il fait 3 têtes de moins que ses camarades). Et pourtant, il a écouté lui aussi l’histoire du soir allongé contre moi dans le lit avec son frère, il a joué à chercher des minéraux et inventer des escapes games pour toute la famille, il a lu d’une traite les thanatonautes et bien d’autres livres pendant l’été mais regarde toujours les petits dessins animés de cartoon network avec son petit frère, il a demandé une fois encore des « guilis » dans le dos pour se détendre le soir… Lui aussi pour ça, a toujours 13 ans. 🙂

    Contente que votre zébrette soit heureuse de sa 1ère journée 🙂

  • Ysaline dit :

    Bonjour,

    Je me retrouve un peu dans vos lignes.
    Ma fille (11 ans) est rentrée hier en 4e, deuxième saut de classe. Par contre, pas de chance, elle n’a aucune des copines potentielles, repérées en fin d’année dernière. Elle est rentrée déçue hier soir. Il faudra « faire avec », « faire sans »…

    Cordialement.

  • FAYETTE dit :

    Et oui et tu es la maman extraordinaire d’une gamine de 12 ans extraordinaire <3 Je ne sais pas pourquoi mais je pressens que cette seconde sera salutaire pour Zébrette …

  • C’est super !!! :D
    Je suis sûre qu’elle sera à sa place cette année & que tout se passera à merveille ;)

    Bizzz de nous 3,
    Alexandra

  • aurphi dit :

    très bien écrit. Ah, pour les bisous, les hp sont toujours des enfants…

  • Melly dit :

    Youhou tellement contente pour vous deux. Et décidément quelle jolie plume pour nous décrire ces petites et grandes victoires « ordinaires » toujours touchée à te lire.

  • Fridou dit :

    C’est super qu’elle soit dans la classe de la fille qu’elle connaît ! J’espère qu’elle se fera bientôt d’autres copines et que les cours lui plairont !

Laisser un commentaire