Le lycée.. vu par les profs

La date était dans mon agenda depuis le début de l’été. Celle de la réunion parents-profs. Je me fais un point d’honneur de ne jamais en rater une, quelles que soient mes contraintes professionnelles ou l’intérêt de la réunion (parce que franchement… parfois… c’est inintéressant au possible!).

Mais l’entrée au lycée, c’est une étape à ne pas manquer.

J’en retiens (euh oui parce qu’elle a duré plus de 2h tout de même.. nous avons été attentifs.. comme des élèves 🙂 ) que “lycée connecté” n’est pas un argument publicitaire vain.

Je l’ai observé depuis le début de l’année. Les élèves ont reçu une adresse mail et ont celle de chacun de leur professeur ou membre de l’équipe administrative. Tous les jours, des documents, des ressources, des corrigés, des exercices sont envoyés par mail. A faire, à préparer ou seulement à avoir pour le lendemain. La tablette est un outil de travail quotidien!

Les professeurs sont très disponibles par mail. Certains proposent de pré-corriger les devoirs!

Il y a aussi plusieurs créneaux d’aide personnalisée dans l’emploi du temps. Je sais que l’expression “le métier d’élève” irrite bien du monde, mais le but de ces heures est “de leur apprendre à devenir lycéen”. Ce sont des cours de méthodologie, d’organisation, de gestion du temps et de son emploi.

La professeure a insisté sur l’importance de ne pas être en apnée, de garder du temps pour la vie extra-scolaire.

Si ils travaillent tout le week-end ou jusqu’à 22h, il y a un souci et il faut nous en parler!

Bon, en même temps, ils annoncent un travail personnel de 12 à 15h hebdomadaires en seconde, 15 à 17h en première et 20h en terminale.  Un rapide calcul donne tout de même un minimum de 2 à 3h par jour. En rentrant à 18h00, avec une pause, des activités extra-scolaires… ça reste lourd à mon avis. Mais foskifo. Ma copine San m’a rassurée… après Noël ça devrait aller mieux.

Par contre, je n’ai pas boudé mon plaisir quand la professeure a parlé de sciences cognitives, de profils d’apprentissages, de leur faire passer des tests pour déterminer le leur, de les aider à connaître leur propre profil, leur propre mode de fonctionnement, de leur donner des outils qui leur correspondent, de leur apprendre les stratégies efficaces pour eux. 

Cela me semble de bon augure. Le troisième trimestre sera consacré à travailler sur l’orientation avec l’élève, ses compétences, son profil.

Les langues sont aussi à l’honneur avec une section européenne obligatoire (en tout cas au premier semestre, ensuite un bilan est fait en fonction du niveau et de la motivation de l’élève). La chance de Zébrette c’est que la matière DNL est de la physique-chimie. C’est toujours mieux que l’histoire géo ou la littérature pour elle. En plus son prof de DNL est à priori extra super génial avec un accent hyper compréhensible. Un bon moment pour Zébrette. Bon 6 ou 7h d’anglais… heureusement qu’elle aime! Les deux classes de seconde sont regroupées en 3 groupes de niveau, et les échanges sont faisables en cours d’année d’un cours à l’autre. Si Zébrette a un bon niveau (en quatrième), il lui manque une année et la plupart arrivent de section européenne (supprimée dans le public grâce à la réforme du collège). Donc ça lui fait un sacré écart. Mais je pense que ça va le faire. L’idée d’un voyage à Chicago, avec cours à l’université et entretiens de recrutement pour ceux qui le souhaitent devraient la convaincre de s’accrocher si il en était besoin. Un autre voyage plus “standard” est prévu en première.

En espagnol, c’est un régal. Un prof jeune, dynamique, disponible. Avec sa collègue, ils souhaitaient faire une pause dans l’organisation d’un voyage scolaire. Puis ils ont posé la question aux élèves. Dans chacune des deux classes, la quasi totalité des élèves (33/34 sur 36/37) ont dit être intéressés (avant de s’en entretenir avec leurs parents!). Donc, cela les a motivé. En février, ils partiront 5 ou 7 jours (selon les vols et les tarifs) à Malaga avec des cours au lycée le matin et un séjour en famille. Zébrette est enchantée (d’autant que cela n’empiète pas sur les vacances, et qu’elle a un plan d’importance pour occuper ces vacances de février!).

En MPS, ils ont déjà les dates de leurs oraux en Janvier prochain 🙂

La nouvelle proviseure est venue se présenter. Son discours basé sur “la seconde est une année d’orientation et la seconde est générale ET technologique” était un peu “impressionnant”. Mais elle a insisté sur l’accompagnement et le travail en commun équipe éducative/enseignants/parents/élèves. Bon… j’attendrai de voir la réalité après les discours.

L’histoire/géo j’en ai déjà parlé sur mon compte Facebook. La professeure a annoncé qu’en début d’année, avoir 9, 10 ou 11 était vraiment une bonne note. Euh.. on n’a pas la notion de bonne note. Bon si j’ai bien compris, ça devrait s’arranger au fil des mois. Mon souci n’est pas la note mais le dossier scolaire de 1° et terminale, indispensable pour Zébrette si elle veut intégrer la préparation véto dont elle rêve (46 places sur les Bouches du Rhône).

La prof d’EPS ne m’est pas inconnue. Zébrette était déjà son élève en 6° et 5°, dans un autre collège privé. Elle ne fait pas de différence dans ses évaluations pour tenir compte des 3 ans d’écart (bon, j’avais posé la question en 6° et elle n’avait que 2 sauts de classe) mais elle prend en compte l’implication, les efforts, etc. Le point “délicat”, mais que je connaissais avant l’inscription, et sur lequel le proviseur adjoint avait beaucoup insisté, les élèves doivent se rendre par leurs propres moyens sur les installations sportives. Elles sont éloignées (25 minutes de marche) et c’est à eux de se débrouiller d’y être à l’heure. Quand le Gars refuse qu’elle aille au Super U avec ses copines, supermarché situé juste derrière le lycée et accessible par un chemin piétonnier… 🙂

La prof de français les accompagnera jusqu’à l’épreuve anticipée du baccalauréat. Chouette pour la continuité. Chouette parce que d’elle émane une aura de bienveillance et d’expérience. La marche collège/lycée est haute pour elle, mais j’ai confiance. Elle sera un bon guide. Elle organisera aussi des sorties vespérales au théâtre, cirque, ballet… Les élèves pourront s’y inscrire, mais également les frères et soeurs, les parents…

Elle a déjà reçu un petit groupe d’élève (dont Zébrette). Elle continuera. L’objectif étant de les connaître, eux, personnellement. Elle aurait pu demander les renseignements sur une fiche rangée sagement au fond d’un classeur, mais elle préfère l’humain. Et quand elle donna quelques exemples en me lançant un regard appuyé, nul doute qu’elle sait déjà tout des aspirations et des goûts de Zébrette.

La bienveillance s’exprime aussi dans le découpage de l’année. Jusqu’à présent, elle était composée de 3 trimestres. Maintenant il s’agit de 2 semestres. Le changement m’avait paru anecdotique. En fait, il a une raison. Un bilan en fin de premier trimestre aurait sapé la confiance en eux de nombreux élèves qui n’auraient pas encore eu le temps de se mettre dans le rythme et les attentes Lycée. Repousser un peu ce bilan leur permet un délai salutaire et constructif.

J’ai bien aimé l’explication!

Voilà.. des belles sensations en sortant de cette réunion. Une équipe réduite mais dynamique et impliquée. Des élèves qui ne sont pas des numéros. Une communication qui semble facile. Que du bonus pour les parents.

Pour les enfants… un changement non négligeable… On change de cour de récréation! A eux de jouer ! 

Je réalise combien ce tableau semble idyllique. Je sais aussi qu’il ne sera pas aisé de faire coller la réalité à la jolie image de ce soir.

Mais surtout, rassurée d’avoir mis un visage (que j’ai déjà dû oublier tant je ne suis pas physionomiste) sur l’équipe qui accueille ma fille au fil de la semaine, je pense à présent à tous ceux qui n’ont pas cette chance.

A tous ceux pour qui l’école reste une souffrance, à tous ceux qui ne peuvent en franchir le seuil, à tous ceux qui rentrent en larmes, à tous ceux qui ne supportent plus l’ennui, à tous ceux qui ne s’adaptent pas, à tous ceux à qui on ne s’adapte pas….

Je pense à eux, à leur famille, à ce que chaque jour représente de montagnes à escalader, de défis à relever, de pas en avant, de sauts en arrière…

Et je rêve, pour eux et pour tous, d’une école qui accueille, rassure, aide..

D’une école qui donne envie.

Comme cette maman croisée ce soir, dont la fille est dans l’autre classe de seconde.

Ils sont tellement extra ces profs que ça m’a donné envie de retourner à l’école, de me replonger dans la littérature, l’anglais, les maths.. 

Soyons honnête, elle a rajouté… “non, pas les maths quand même!” 🙂

Étiquettes : , , , ,

4Commentaires

  • Fridou dit :

    Question de Sarah (et moi) pour les non-initiés : c’est quoi la DNL ?

    • La Fille dit :

      Je ne connais pas l’acronyme. Juste une matière enseignée en anglais durant 3 ans donnant lieu à un oral et qui validera le bac section européenne.
      Ça peut être une matière différente selon les établissements. Ici cette année physique chimie

  • Fridou dit :

    Effectivement, ça fait envie ! Et plaisir de lire que Zébrette est entre de bonnes mains !

    J’espère que le Gars reviendra sur son interdiction de se rendre avec ses copines à Super U, car pour l’intégration, ce n’est pas top… Il faut qu’il prenne conscience qu’il a maintenant une lycéenne à la maison, et que même s’il veut la protéger (ce qui est normal !), il faut doit la laisser aller de l’avant et prendre l’autonomie qui va de pair avec les apprentissages… Zébrette a réussi à s’intégrer (elle est vraiment impressionnante !), ce serait dommage de saper tous ses efforts…

Laisser un commentaire