Doit-on faire évaluer le QI?

Un article du Net me fait quitter mon tourbillon quotidien pour venir partager avec vous.

Le titre est « Doit-on faire évaluer le quotient intellectuel de son enfant ? » sur Grazia.net.
Vous pourrez le lire dans son entièreté ici .

L’article est assez court mais pourtant, j’avais envie d’en commenter les « vérités » basées sur … en fait je ne sais pas trop quoi.

On considère qu’un enfant est surdoué si son QI dépasse 135-140. Aujourd’hui, ils sont nombreux à atteindre ce score. Parce qu’ils sont plus stimulés, plus informés grâce à Internet, et parce qu’avec les écrans, les claviers, ils ont appris à coupler plus rapidement le regard et le geste. Il faut donc réadapter certaines questions, notamment celles qui testent la capacité à visualiser dans l’espace. Alors les tests sont réétalonnés régulièrement. Et le dernier WISC V est sorti fort récemment…. 

Les tests de QI ne mesurent pas l’intelligence. Ben si .. un peu quand même…  Ils ont été conçus pour évaluer les déficiences mentales, Oui… Ceux de Binet, à l’origine…la mémoire et l’habileté à associer les objets et donc à avoir une vision synthétique des choses. On les détourne pour mesurer l’intelligence, mais c’est une perversion du système. Une mesure est une mesure. Avec des scores élevés et d’autres plus bas. Par contre, si l’on dit que les tests de QI ne mesurent pas toute l’intelligence, toutes ses composantes, tout son côté multiple… je suis bien d’accord. Tout comme je suis d’accord que le résultat d’un test de QI ne définit pas une personne ! On peut avoir une bonne mémoire et être idiot, et inversement. Mathématiquement j’ai plusieurs fois le QI d’un idiot… Ce qui explique que parfois vous parlez à une personne intelligente et parfois.. à une bande d’idiots! 🙂 Bien sûr que l’on peut avoir un haut QI et être c… (parce qu’être idiot, il  faut définir ce que cela veut dire.. tout comme être intelligent). En France, les bons élèves sont ceux dont le quotient langage est supérieur au quotient pratique, car c’est ce que valorise l’éducation nationale. Ah ?? Je pense que l’EN valorise les compétences logico-mathématiques. Et que celles-ci sont également représentées dans l’IRP. Mais c’est plutôt l’inverse dans les systèmes scolaires anglo-saxons. Il faut donc être prudent avec l’interprétation d’un QI, et surtout se dire que c’est un chiffre valable à un instant T mais susceptible de bouger. re-Ah? Alors soyons clair. Il n’y a pas de raisons pour que le QI varie au cours de la vie. A part des cas fort particuliers. Un accident (et alors il diminuera) ou test passé dans de mauvaises conditions psychologiques. Un haut potentiel accompagné de comorbidités (TDA, dys..) pourra s’exprimer beaucoup mieux (donc un test pourra  un QI plus élevé) une fois ces troubles pris en charge et « rééduqués ».

 

Ils peuvent être utiles pour repérer des difficultés particulières, par exemple, pour comprendre pourquoi un enfant intelligent bute. Oui.. mais il peut être utile pour comprendre les difficultés de tout enfant ! Ou bien pour établir des profils d’intelligence. Vi m’dame! Quelles sont les questions que l’enfant réussit : celles sur le vocabulaire, qui renseignent sur la sensibilité à ce que disent les autres, sûrement.. mais je crois que la sensibilité très développée n’est pas seulement due à un maniement de la langue fort bien maîtrisé. ou bien celles, plus pratiques, qui éclairent sur la vision unifiée qu’il a ou pas de son corps… Cela va au-delà de l’intelligence : on accède à la vision du monde de l’enfant par lui-même.

Je ne pense pas qu’un enfant ait des difficultés relationnelles parce qu’il est surdoué. Si un enfant est très intelligent et s’il est créatif, il trouvera une façon de s’occuper pendant que les autres terminent l’exercice. Moi être chatouilleuse sur ce sujet!!!! Si un enfant s’ennuie, bientôt cela sera de sa faute car il ne sait pas s’occuper… Il faudrait comprendre que l’ennui ce n’est pas simplement « finir avant l’autre et n’avoir plus rien à faire »! L’ennui c’est tout au long de la leçon. L’ennui c’est dans la répétition des exercices. L’ennui c’est dans la notion répétée encore et encore. Et parfois, l’enfant qui s’ennuie termine après les autres, rate ses exercices car il a décroché dans sa tête, n’a pas compris la leçon, car parti dans ses nuages, il n’a pas raccroché le cours au seul moment où il y avait une nouveauté pour lui……Il faudrait d’ailleurs apprendre aux professeurs des écoles à bien les occuper. Leur faire sauter une classe, c’est de la paresse pédagogique. Prenez ça chers profs…Vous qui naviguez dans vos classes entre des élèves qui ont 4 de moyenne et ceux qui ont 18. Entre celui qui a besoin d’aide pour se concentrer, celui qui a besoin d’aide pour comprendre, celui qui a besoin d’aide pour se dépenser, celui qui a besoin d’aide pour écouter, pour écrire, pour lire. Vous qui devez composer avec les parents (oui oui, avec moi aussi), avec les enfants, avec les programmes, avec les carcans de l’EN… vous faites de la paresse pédagogique!  Au niveau supérieur, ils risquent d’être confrontés à des élèves aussi intelligents qu’eux, mais plus mûrs. Alors, comment dire … ??? … Sauf à confondre maturité et hypersensibilité… Peut-on parler du QI compensé de Charles Terrassier? Et peut-on objecter que dans une classe, les élèves ont tous des maturités différentes. Qu’un élève avec un an de plus ou de moins ne dépareillera pas forcément avec les autres? Un élève qui doit redoubler car il n’a pas acquis les bases, doit-on le laisser passer malgré tout car il sera « trop mûr » par rapport à sa classe? Qu’un enfant qui est particulièrement en manque de maturité ne se verra pas proposer de saut de classe? Que la maturité c’est comme la valeur.. ça n’attend pas forcément le nombre des années? Or la maturité, ce n’est pas contagieux. Ni contagieux, ni fonction linéaire de l’âge physique. 

Étiquettes : , , ,

2Commentaires

  • Nathalie dit :

    Bonjour, J’ai entendu un psychologue de l’Education nationale, référent du Rectorat m’affirmer très sérieusement qu’il était nécessaire de refaire régulièrement (tous les deux ans !) un test de QI car un enfant pouvait être précoce quelque temps puis ne plus l’être du tout ensuite…

    • La Fille dit :

      Ben voui… comme les floraisons…. elles peuvent être précoces… mais à un moment… tous les boutons sont en fleurs.. 🙁 Déprimant! (c’est d’ailleurs pour cela que je n’aime pas le vocable « précoce » appliqué au Haut Potentiel Intellectuel

Laisser un commentaire