Quand Zébrette témoigne..

Ce sont les différentes interrogations et inquiétudes que je lis ces derniers jours sur les parties de la toile que je fréquente qui m’ont donné l’idée d’interviewer la Zébrette sur sa scolarité..

Elle ne voulait pas que je diffuse le fichier audio, alors je retranscris le plus fidèlement possible son contenu 🙂

C’est long (nous avons discuté pendant presque une heure..), mais elle partage sans détour son passé, son présent et ce qu’elle pense de son avenir.
En espérant que cela puisse éclairer certains parents ou certains ados …

Et si vous, lecteur, lectrice, vous êtes enseignant.. ne ratez pas sa conclusion 🙂 (ça c’est du teasing!).

Bon vous remarquerez vite mes questions, ses réponses, et mes commentaires lors de l’écriture de ce billet.

Déjà est-ce que tu te rappelles de ton premier saut de classe ? (saut de la MS)
Non!

Est-ce que tu te rappelles comment tu te sentais en maternelle? 
Non!

Est-ce que tu te rappelles de ton deuxième saut de classe ? (saut du CE2)
Mieux.

Oui je sais….. ça risque d’être passionnant si elle ne sait prononcer que des monosyllabes… Je vous passe donc ses non-souvenirs sur les récrés de maternelle ou de son début de primaire.  Jusqu’à ce qu’elle change d’école, à Noël du ce1, pour rejoindre l’école publique du village (au lieu de la toute petite école privée du village d’à côté).

Est-ce que tu te rappelles du contexte dans lequel ça s’est passé et/ou du test chez la psy?
Chez la psy je ne me souviens que des cubes rouges, sinon, je ne m’en souviens pas et pour le saut, je me souviens qu’en CE1 je faisais un décloisonnement en ce2, quele premier cours en ce2 la dictée allait trop vite et que j’ai eu super peur.

Je ne suis pas une grande fan des décloisonnements. En ce1, Zébrette a eu un PPRE (voir prochain article,ou cherchez “PPRE” sur ce blog 🙂 ) qui prévoyait, entre autres choses, un décloisonnement en ce2 le vendredi matin. C’était respecté “quand les circonstances s’y prêtaient”, donc pas très souvent, et elle arrivait toujours dans cette classe comme un cheveu sur la soupe. Pour l’exemple de la dictée, outre le rythme, elle arrivait sans aucune préparation, alors que le reste de la classe l’avait étudiée toute la semaine…Les autres aménagements m’ont bien plus convaincue.

Est-ce que tu te rappelles du contexte social en primaire ?
j’avais des copines avec qui je m’entendais bien (si les lecteurs remontent les pages de ce blog, les souvenirs ne correspondent pas tout à fait à ce qui était ressenti sur le moment. Mais la mère que je suis est rassurée de voir que cela n’a pas laissé de blessures. En fait avec le temps, elle gomme tous les mauvais souvenirs pour ne garder que les meilleurs, et ça c’est chouette)

En ce1, quand tu étais avec Mme Sxxxx, tu voulais sauter une classe ?
je crois que oui (en fait c’était oui…. jusqu’à la fin de l’année. Alors la peur l’a emportée et elle ne le voulait plus. D’ailleurs elle ne voulait même pas aller en ce2. Elle voulait juste rester en ce1 avec sa super maitresse Mme Sxxxx)

Et quand tu es arrivée en CM1, tu te souviens de comment ça s’est passé?
Non, juste que je l’aimais bien cette prof. (Alors ce n’est pas utile que je lui rappelle les nuits blanches veille de dictée, les angoisses et la mauvaise estime de soi)

A l’école, on t’embêtait à propos de tes sauts de classe, de ton âge?
Au primaire, je ne crois pas mais je ne l’en rappelle pas trop. (En réalité, un peu. Les grands de cm2. Mais elle avait de la répartie la Zébrette et ça s’est assez rapidement calmé)

Donc tes souvenirs de la maternelle et du primaire..Envolés. Du coup tu n’as pas de mauvais souvenirs? Non, sauf de mon début de ce1, mais ça tu le sais bien. (la consultation psy, puis le test qui a suivi, puis le changement d’école avaient été motivés par des pleurs quotidiens et un énorme problème de communication avec l’institutrice).

Et le collège, l’entrée en 6°?
Avant, je me souviens du CM2 à Salon (à 30 km de la maison. Cette enfant est SEF…. Sans Ecole Fixe.. Alors que notre dernier déménagement date d’il y a plus de 20 ans). L‘intégration c’était un peu plus compliqué. Tout le monde se connaissait depuis le début du primaire et pas moi..

Tu crois que c’tait plus compliqué à cause de tes sauts de classe ou du changement d’école seulement?
Les deux. Après, ça ne se passait quand même pas “mal”. Ca dépendait des jours (alors on zappe les mesquineries, les croche-pieds volontaires, les “dégage de mon banc”, les pleurs, les besoins de s’isoler, les copines qui ne comprennent pas, les bracelets de couleur ….).

Après tu es entrée au collège. Tu avais 9 ans 1/2.Est-ce que tu avais peur de rentrer au collège (même groupe scolaire)?
Ben oui! Comme d’hab! Tous les ans, j’ai super peur de changer de classe.  Et là en plus tout le monde te dit “Au collège tu dois être grand et mature”. Euh….. Les autres, tous n’avaient pas peur, mais certains oui, et parfois plus que moi. Mathys, il ne connaissait personne alors que moi j’avais fait le CM2. 

Comment ça s’est passé au collège?
J’ai eu une bonne prof principale la première année. Après j’avais des bons profs alors ça s’est bien passé. Niveau cours c’était cool, les profs étaient supers sympas. Mais je commençais déjà à m’ennuyer. Pour les camarades de classe, au début c’était moyen, puis j’avais une amie Eléa, puis l’année d’après il y a eu X. et toutes les histoires avec elle.  (entre amitiés , disputes et réconciliations) 

Tu crois que ces problèmes étaient liés à toi , ton âge, ton décalage ou…Ah non, c’était à cause de X. N’importe qui avec cette fille aurait pu avoir des problèmes. D’ailleurs même après mon départ ça a continué avec Eléa.

En 5°, que peux-tu dire de l’école?
L’école en 5°? ils sont tarés! (toujours dans la mesure). C’est à dire qu’ils n’ont pas compris et n’ont pas accepté ma demande de saut de classe. Alors que je m’ennuyais à mort. Je dessinais en classe, et.. je dessinais en classe… et je dessinais en classe..ah si .. parfois je recopiais un peu les cours aussi. Les profs, je leur avais demandé l’autorisation. Ils étaient très sympas parce qu’en 5° aussi j’avais des bons profs (collège ptivé eip-friendly…. les profs beaucoup plus au top que la direction). Je m’ennuyais dans tous les cours sauf en SVT car on faisait des expériences (pas vraiment en SVT d’ailleurs mais en atelier SVT-EIP, réservé aux enfants HP) et en physique parce que je galérais (avec 19,75?). En fait non je ne galérais pas, mais c’était nouveau donc le niveau était haut. Après Madame L (prof de physique) c’était une bonne prof (j’espère que les profs lecteurs notent combien de fois elle le répète 🙂 ) Dans les autres matières.. Pfffff. Donc je voulais sauter une classe. 

Tu voulais absolument sauter une classe? Oui! Tu voulais absolument absolument sauter une classe? ouiiii!

Mais tu venais de te faire des copines… Comment tu gérais le fait de les quitter avec un saut de classe?
Non mais avec les histoires avec X, ce n est pas ça qui allait me retenir par rapport à mon ennui.

Fallait changer de collège…. Et toi qui n’aime pas le changement?
Le changement, pour ça c’est bon!!! J’avais déjà fait deux sauts de classe alors….Oui fallait changer de collège .. mais fallait changer parce que ils avaient refusé le saut de classe; c’est pas “comme ça” que j’ai voulu changer. J’ai essayé. J’ai essayé de leur faire comprendre, de leur expliquer, de les supplier..Ils n’ont pas voulu. C’est à cause de ça et après qu’on a pris la décision de changer de collège, dans l’espoir d’un glissement de 4° en 3°. Par contre c’est là que ça devient un peu compliqué. Parce que moi j’avais l’espoir de sauter la 4° et d’arriver en 3°, ce qui me laissait le temps de rattraper pour le brevet mais du coup, là, j’ai vachement flippé parce que je me suis dit que si je prenais cette décision (hummm… vu qu’il n’y a finalement pas eu de glissement … elle parle de la décision de demander un saut de 3°) ça voulait dire que j’allais arriver directement en seconde et comme  peu près toutes les années, on me disait que la seconde c’était LE truc, qu’on allait souffrir en 2nde et tout ça. Bon on m’avait déjà dit ça pour le collège et ça a été pour rien. Au final je ne regrette pas mon choix hein! Les profs en 4° n’ont pas accepté que je fasse autre chose en cours, comme dessiner, moins compréhensifs que dans le privé. Peut-être la prof de maths qui était légèrement plus flexible que les autres..mais pas le droit de dessiner quand même. Le programme c’était presque pire qu’en cinquième. La physique… ben je m’étais intégrée à la physique (??!!) et du coup le niveau de la physique de 4° c’était pourri, maths.. comme les années d’avant.. ennuyeux. SVT ça me saoulait car on ne faisait quasi plus d’expériences.. on ne faisait que écrire..

Et justement.. l’écriture?
Ah oui.. ça j’écrivais moins vite. Je le voyais par rapport aux autres. A chaque fois on me disait que j’étais à la bourre. 

Et dans la cour?
C’était un peu compliqué parce que j’avais 2 ans d’avance et qu’une fois encore j’arrivais au milieu du cycle dans un nouvel établissement. Tout le monde s’était déjà fait des copains les années précédentes. Après j’ai eu des amies… mais en fait je ne savais pas vraiment si c’était des amies ou si elles voulaient se foutre de moi, si elles étaient avec moi “pour voir comment j’étais”, comme un phénomène .J’ai jamais vraiment su si elles étaient sincères. Je pars avec l’idée que c’était des amies.. je préfère cette option…Mais en fait ça m’a desservi. Je suis arrivée en 4° avec l’idée de faire un glissement en 3°. J’ai demandé, j’ai envoyé des mails (parce que les gens, leur parler, ça me fait flipper. Les gens me font peur). Au final c’est revenu au même que d’aller les voir directement car j’ai eu beaucoup d’entretiens avec la direction. Mais ça trainait, ça trainait. La première fois ils n’ont pas accepté. En fait ils n’ont pas non plus décliné, ils ont juste dit que pour l’instant il fallait attendre, ils m’ont proposé des aménagements. J’avais eu un rv aussi avec la psychologue scolaire et du coup mes “peut-être-amies” m’avaient demandé de rester avec elles. Je ne savais pas vraiment si c’était sincère ou pas, mais j’ai décidé de penser que c’était une vraie amitié et j’ai accepté les aménagements. Au final les aménagements, ça n’a quasi rien changé et mes amies m’ont un peu laissée tombée. Je me suis dit que ce n’était pas si important que ça et que j’en retrouverai sûrement d’autres. A cause de mon choix, je n’ai pas glissé en 3°. L’ennui a continué comme avant mais avec l’espoir du glissement en moins. Tout m’ennuyait. Même l’équitation qui est ma passion. Avec tes conseils, j’ai donc renvoyé une lettre à la direction. Pour leur dire que ça n’avait rien changé, que les aménagements ne s’étaient pas fait ressentir. Du coup j’étais déprimée. J’ai envoyé cette lettre au cas où ce n’était pas complètement mort! Ca a mis beaucoup, beaucoup de temps avant de savoir si il y avait un espoir ou pas. Au final, à la toute fin de l’année, j’ai pu savoir que mon saut de classe était accepté. Pas de glissement en 3°, je vais directement en 2nde. Du coup ça m’a fait vachement flippé mais au final tout s’est bien passé. Et franchement, si je n’avais pas eu ce saut de classe, je ne sais pas comment j’aurais fait parce que rien qu’à voir le niveau de la seconde, c’est franchement pas élevé. Même en seconde européenne je m’en sors super bien donc si j’étais restée en 3°.. franchement.. qu’est-ce que je serais devenue…Après le brevet. .on s’en fout. 

Qu’est-ce qui t’inquiétais le plus à l’entrée en seconde à 12 ans?
Je suis rentrée.. je n’ai vu qu des grands, ça me faisait bien flipper déjà (Zébrette faisait 1m58, ce qui ne dénotait pas factuellement.. mais au lycée, il n’y a pas que les secondes… les terminales peuvent avoir 18 ou 19 ans) Je me suis imaginée.. “si tout le monde était grand comme ça dans ma classe, pour qui j’allais passer?!”. Après j’étais forcément toute seule alors que les autres retrouvaient leurs amis. Puis après j’ai retrouvé une copine du cheval, qui m’a présentée à son amie. Et du coup bah.. c’était parti!

Comment ça s’est passé?
Forcément les gens étaient surpris de savoir que j’avais sauté 3 classes. Chaque fois que je rentre dans une nouvelle école, j’essaie de cacher que j’ai sauté des classes ou que j’ai un écart d’âge, parce que je n’ai pas envie que l’on me regarde comme si j’étais un phénomène ou la fille intello. J’ai envie qu’on me regarde comme Zébrette.


Comment tu réagissais quand on te traitait d’intello. Tu t’es déjà fait harcelée?
Je ne sais plus trop car c’était au primaire mais si ça arrivait encore j’essaierais de le prendre bien en me disant que finalement c’est un compliment parce que ça veut dire qu’on est intelligent. Et non, pas harcelée c’est un niveau bien au dessus. Mais en 4° on m’a quand même bien saoulée. Tu te rappelles il y en avait qui m’insultaient, me traitaient de chien, de conasse..

Le lycée, socialement comment ça se passe?
Socialement ça va. J’ai deux copines. En fait notre classe de 4° était vachement spéciale. Il n’y avait que des groupes, on était tous séparés, personne ne s’aimait, on avait un groupe snapchat et il y avait beaucoup d’insultes dessus. Du coup, là en seconde… Le changement !!!! On est une classe super soudée. Franchement ça se passe bien Mon écart d’âge a surpris au début mais c’est normal, et maintenant ça va. On a même une copine en première. Et puis des filles de première ou terminale sont venues nous voir parce qu’elles faisaient de l’équitation. C’est beaucoup moins cloisonné. On se parle plus. Et puis il y a le Foyer. Il y a bien plus de lien social au lycée qu’au collège. Le lycée c’est mieux et c’est plus libre. Pas au niveau du règlement, mais au niveau social. Je me plais mieux au lycée qu’au collège. Pour que je me plaise complètement il faudrait rajouter une classe entre la seconde et la première et que cette classe soit beaucoup plus difficile. Parce qu’en première il y a le bac et que ça fait flipper le bac. J’ai pas envie d’aller en première! (rires). C’est normal. Je me fais une montagne du bac. Comme beaucoup. Mais les autres ont déjà passé le brevet, ça fait un bon entrainement. Moi, tous les examens que j’aurais pu passer pour m’entrainer je les ai loupés (saut de classe ou maladie) . J’aurais pu passer le brevet en candidat libre, mais ce n’est pas très motivant de le passer “pour rien”.  Si j’y étais allée ce n’était pas pour bosser comme une malade toute l’année pour rien. Du coup j’aurais eu forcément des mauvais résultats et j’avais pas envie. Par contre la seconde, tout ce qu’on m’a raconté dessus c’est totalement faux! Pour tous ceux qui vont aller en seconde cette année… Ne vous inquiétez pas! C’est vraiment pas difficile. Peut-être que je suis un peu HP ou quoi, je ne suis pas non plus au dessus de tous les autres.et je suis passée de 4° en 2nde sans problème, mes notes sont restées presque telles qu’elles. Donc franchement il n’y a aucun problème. La seconde c’est promenade de santé. Je m’embête encore… Dans toutes les matières. Bon après les poros n’aident pas beaucoup (quelques soucis généraux et partagés par tous les parents/élèves avec certains profs).

Le fait que tu n’aies pas les mêmes droits que les autres (à cause de ta différence d’âge et de ta famille un peu à cheval là dessus)?
Ca ne se ressent pas. C’est un lycée stricte alors c’est un peu pareil pour tout le monde.

Tu te sens différente ?
Oui. Mais on est tous différents! (et toc). On n’a pas forcément les mêmes sujets de conversation. J’en ai rien à faire de leurs intérêts. Les filles parlent du dernier rouge à lèvre MAC hyper cher. Moi ça m’est égal, je ne mettrais jamais de l’argent dans un rouge à lèvre MAC hyper cher. Je l’utiliserais pour acheter du matériel d’équitation. Bon, ce n’est pas forcément dû à notre différence d’âge mais de nos goûts.

Tu as beaucoup de devoirs ?
ah oui !!! Beaucoup!!!! En plus il y a beaucoup de travaux de groupes et c’est toujours compliqué à réaliser. (organisation pratique quand les élèves sont éloignés de 30 km). Sinon ça dépend des semaines, ce n’est pas régulier. Mais j’ai le temps d’aller deux fois plus à l’équitation que l’an dernier. En plus comme on a arrêté la grapho, ça me libère le samedi matin.

Es-tu contente de là où tu en es aujourd’hui?
ah oui !!! Contente d’avoir gagné entre guillemets mon combat pour le saut de classe. Pour plusieurs raisons. Pas seulement pour le saut de classe, mais aussi pour m’être prouvée que lorsque je le veux je peux être moins timide, dire mes idées ouvertement, dire ce que je pense, et me battre pour ce que je pense. 

Avec ton recul, que dirais-tu aux parents qui ne veulent pas d’un saut de classe, pour ne pas voler une année d’enfance à leur gamin?
Ca dépend de quel âge il a le gamin. Et si il est en fin de primaire ou au collège, assez mature et qu’il peut choisir par lui-même il faut LUI laisser le choix, en lui expliquant bien les avantages et les inconvénients. Moi, j’étais vraiment motivée pour le faire donc je ne regrette absolument pas. Ce 3° saut de classe, je ne pense pas que je l’aurais fait si je n’avais pas sauté de classe avant
(!!??!!). D’abord parce que je n’aurais pas su à quoi m’attendre et puis je serais dans la “normalité” Pourquoi quitter cette zone de confort? alors que là.. que j’ai 2 ou 3 sauts ça ne peut m’apporter que du bonus! Aux parents, je dirais que ça ne vole pas une année aux enfants, mais que c’est toujours plus compliqué pour s’intégrer. Après le décalage c’est aussi lié à mon caractère, au fait que je sois HP. Mais je ne peux pas savoir si c’est lié au saut de classe. Je ne pourrai jamais le savoir. J’ai sauté des classes trop tôt pour savoir ça. Après le fait que les gens me prennent pour une fille pas mature à chaque fois.. ça……. qu’au primaire que tu arrives dans une discussion et qu’on te dit “toi t’es trop jeune tu ne peux pas comprendre, tu sauras quand tu seras plus grande”.. ça je suis quasi sure que je ne l’aurais pas eu si je n’avais pas sauté de classe. Un an je ne pense pas que ça se ressente beaucoup, mais à partir de 2. Regarde Mathys, il n’avait qu’un an et il s’est quand même rudement bien intégré. Après il ne faut être ni prétentieux, ni le dire autour de soi. Je ne dis pas mentir..il ne faut jamais mentir.. mais éviter le sujet et ne jamais l’aborder soi-même en premier.

Avec ton recul, que dirais-tu aux parents ou ados qui veulent un saut de classe, parce qu’au moins ça fera moins de temps à passer au collège?
Ah non… je ne suis pas du tout d’accord avec la définition “je saute une classe alors je passe moins de temps”. Si c’es “pour ça” que tu sautes une classe, je te conseille de ne pas la sauter !!!. Il faut d’autres raisons pour sauter une classe! C’est plus pour éviter l’ennui!

Et ceux qui ne veulent pas parce que ça fait trop de décalage avec les camarades?
Mais moi je ne peux pas juger!! Mon expérience dit qu’avec 3 classes de décalage, peut-être que j’ai un peu de mise à l’écart, mais au moins je n’ai pas perdu 3 ans de ma vie. Après moi je veux faire de longues études. Alors je le vois toujours comme ça. Je le vois comme.. 3 ans.. ça veut dire que je pourrai faire des études encore plus longues sans avoir de décalage sur l’âge auquel je vais commencer mon métier. Je le vois tout le temps comme ça!

Et celui qui voudrait sauter une classe parce qu’il s’ennuie mais qui a peur, que lui dis-tu?
Réfléchis bien. Mais ça dépend des peurs qu’il a. Il y a énormément de peurs différentes (
c’est sûr, que sur ce sujet, tu en connais un rayon!). Certaines je peux dire “ce n’est pas grave, ne t’inquiète pas”, mais il y en a  je peux dire “en effet, si tu fais le saut de classe ça va être comme ça”

Si je te dis confiance en toi?
J’en n’ai aucune!

Pourtant tu as des supers notes !
Oui mais ça ne dépend pas de ma confiance en moi, ça dépend de combien je travaille. Et même je travaille trop pour avoir ces résultats. Je pourrais travailler moins et je pense que j’aurais les mêmes
(Alléluia!). Je travaille pour ne pas avoir à flipper. Bon, je flippe quand même. Je travaille pour me ire qu’au moins j’aurais fait tout ce que je pouvais. Si j’avais de mauvais résultats, ce n’est pas ma faute, j’aurais travaillé (c’est marrant, Jeanne Siaud-Facchin explique que pour de nombreux ados c’est le contraire..Je ne travaille pas car si j’ai de mauvais résultats ce n’est pas de ma faute.. si j’avais bossé j’aurais eu de bons résultats). En travaillant moins j’aurais quasi les mêmes résultats. Quand tu révises dix fois la même définition que tu connais par cœur depuis une semaine, c’est inutile (ah mais en plus tu en es consciente ???!!!). Mais je le fais parce que ça me rassure (c’est un TOC donc?). Maintenant j’arrive mieux à m’organiser qu’au collège, mais j’en fais toujours beaucoup trop par rapport à ce qu’on me demande. Je suis trop perfectionniste. Et puis je me dis “j’ai le temps” alors je le fais. En prépa, je n’aurai pas le temps. Alors il faut que j’apprenne à m’arrêter un peu, à fournir le juste effort.

Quelle est ta meilleure et pire année de souvenirs d’école?
Ca dépend côté social ou pas. Mais après le primaire à partir de mi-ce1 (
donc du changement d’école) c’était vachement bien! (hum.. c’est pas ce que tu disais à l’époque 🙂 Comme quoi, le vécu et les souvenirs…;). Et à partir de mi-ce1 j’ai eu des supers profs, Madame Sxxxx, Madame A.xxxx, Madame Gxxxx…. A chaque fois je m’estimais heureuse de ne pas être tombée dans la classe d’à côté. Et puis Louis Pasteur (mi-ce1, saut de ce2 et cm1) c’était près de la maison. Quand tu es loin, tu ne sais pas ce qu’il peut arriver. Au village c’est plus convivial.Si jamais il y a vraiment un problème, tu peux rentrer à la maison à pied. Même en ce1. Tu sais où tu habites. Ca rassure. Tu ne dépends pas d’un bus. (Kirikouette veut tout maitriser. Et  imaginer les malheurs qui pourraient se passer quand tu n’es pas à la maison… c’est un des prémices de la phobie sco). A Salon (cm2-6°-5°) les trajets de 1h20, je n’arrivais pas à les tenir, j’étais quand même petite (ah oui… que de larmes et de stress ces trajets en bus). Je le suis toujours mais moins 🙂 . Parfois j’avais soif en plein milieu, ou envie de faire pipi. Comme c’est un bus tu ne peux pas t’arrêter comme ça. Le chauffeur était très gentil et il me le proposait mais je ,’allais quand même pas le faire sachant qu’il y a les autres! Mon pire souvenir.. primaire aussi 🙂 La première partie du ce1 (la raison pour laquelle on a changé d’école à Noël).

Comment envisages-tu l’avenir?
Je peux dire ce que j’aimerais le plus faire… mais est-ce que ça va se passer comme ça, je n’en sais rien. Ce que je rêve c’est de faire ma première et ma terminale à Fontlongue (
un sport-études équitation) mais ce que je vois c’est passer mon bac à Saint-Charles (lycée actuel) , que j’essaie ensuite d’être prise dans la prépa véto de Marseille, après je passe le concours pour être prise à Lyon, que je fasse mes 8 ou 9 ans d’études et qu’après je devienne véto. 

Est-ce que ça te faire peur de te retrouver à Marseille à 15 ans?
Non!!! Bon, je ne le réalise pas encore. Là je flippe déjà bien assez pour le bac. après je pense que ce qui me fera flipper, ce n’est pas tant de me retrouver toute seule, que de savoir tout ce que l’on dit de la prépa, qui pour une fois, contrairement à ce que l’on disait de la 6° ou de la 2nde, s’avère vrai. Parfois je regarde des vidéos sur Youtube, je ne suis pas inculte non plus (
ah ben c’est sûr… la youtube-culture 🙂 ) et je vois que tous les gens qui sont en prépa souffrent. Ils sont contents, mais après y’en a qui redoublent ou abandonnent. Après, les seuls trucs qui me rassurent, qui me consolent on va dire, c’est que j’ai peut-être des capacités, peut-être de meilleures capacités que les autres, plus de chances que les autres d’avoir ces capacités. Alors si les autres y arrivent, pourquoi pas moi? C’est toujours ce que je me dis. Pourquoi il y aurait des gens qui ont réussi alors que peut-être ils ont une moins bonne mémoire? Je ne veux pas dire qu’il sont moins intelligents parce que je pense qu’on a tous la même intelligence mais que ça dépend comment on l’exploite mais si d’autres ont pu le faire, pourquoi pas moi?!

Est-ce que d’avoir un but professionnel, ça aide?
Avoir un but professionnel ça aide. Mais en même temps ça stresse; On se dit si jamais on n’arrive pas à ce but, on se dit  “que va-t-on faire?”. C’est beau de se dire “je fais ma prépa, mon école à Lyon, et après je vais faire de la chirurgie équine” . Mais bon, il n’y a quand même que 46 places dans la prépa de Marseille, pour toutes les Bouches-du-Rhône. Il y a d’autres prépas dans d’autres départements, mais Marseille c’est quand même l’idéal. J’aurai quand même 15 ans quoi….

Si des parents ou des ados veulent de poser des questions, tu y répondras?
Oui!!

Est-ce que tu as quelque chose à rajouter sur ton parcours?
Merci aux profs! Et aussi, si il y a des coups de blues durant le parcours, il faut s’accrocher à ce qu’on aime. Moi c’est l’équitation, ça peut être autre chose, le sport, la musique, le dessin… Le dessin ça m’a aussi beaucoup aidé parce que grâce au dessin on peut exprimer des trucs. Ou écrire aussi………

Étiquettes : , ,

6Commentaires

  • Ysaline dit :

    Bonjour,

    Très intéressant, merci.
    Ma fille (qui a sauté la MS) a eu son 2e saut de classe en septembre 2017 : passage de la 6e à la 4e. Tout se passe très bien. Elle est la meilleure élève de sa classe. Nous sommes heureux qu’elle ne s’ennuie plus autant que l’an dernier.

    Merci, Zébrette, pour ce témoignage. Je crois que tu ressembles énormément à ma fille.

    Cordialement.

  • Céline dit :

    Très chouette interview, optimiste et réaliste :)

  • fleurd dit :

    difficile de ne pas commenter… notre zébrette à nous à sauter MS et CE2 (tiens, tiens!) puis la 5ème (après même pas une demi sixième pour cause de phobie sco)… entrée au lycée à 12 ans, diag d’Asperger dans la foulée… un projet pro d’être véto… bon, une année blanche en guise de 1ère S (desco totale, année de mise en place de soins) et là, elle (re) fait une 1ère S, plus que 2 ans d’avance… les difficultés liées à l’autisme ternissent le paysage, mais je reconnais bien le parcours!

    • La Fille dit :

      🙂
      Pour Zébrette des signes d’Asperger aussi (comme pour moi). Mais pour le moment, on e se lance pas dans le diag….
      Comment ça se passe cette année pour votre fille?

      • fleurd dit :

        Cette année, elle est en 1ère S avec une AVS et quelques aménagements… ça va pas trop mal, sauf pour se mettre au travail, ce qui finit par pêcher parce que certaines matières nécessitent un peu d’entraînement, tout de même… Après, en dehors du lycée, objectivement, c’est dur… mais parce qu’il y a les troubles du comportement, les troubles alimentaires, etc… (et pour ce qui est du diag, ici, il est (HP Aspie) posé pour fille aînée (dont j’ai parlé précédemment), fille troisième et leur maman)

  • elleguyon dit :

    Témoignage sympa à lire, qui rappelle sa propre enfance :) J’espère que le projet professionnel de veto équin va se révéler satisfaisant (pour ma part, j’ai voulu faire veto depuis toute petite, je suis rentrée à l’école vétérinaire alors que j’étais mineure – et la prépa, c’est seulement la continuité de la terminale, si tant est qu’on est dans une terminale un peu forte -, mais à la sortie, j’ai abandonné ce métier après 2 ans car trop répétitif pour moi).
    Bon courage à la zebrette !

Laisser un commentaire