Douée? Moi?

J’attendais cette parution avec impatience. Même si j’avais eu le plaisir d’en relire les épreuves, la voir terminée avec les dessins de Pécub et la préface d’Arielle Adda fut une vraie joie.

 

Elle est donc arrivée. La brochure sur les filles douées, écrite par Doris Perrodin et éditée par l’ASEHP (Association Suisse pour les Enfants à Haut Potentiel).

Certains diront “encore un livre sur les EHP”…. Oui mais (réplique préférée de la Zébrette quand elle a commencé à parler)..

Oui mais spécialement tourné vers les filles (tout comme les publications de Doris Perrodin “Et si elle était surdouée?”;).

Combien de fois je rencontre des familles qui mettent en avant leur(s) fils HP. Non parce qu’ils les préfèrent ou les mettent sur un piédestal. Mais parce que leur(s) fille(s) vont  bien, elles! Parce que leur(s) fille(s) ne posent pas de problème.Et d’ailleurs, elle(s) ne sont pas HP, sinon… ça se verrait!

Il y a autant de filles que de garçons HP et fort peu de différences cognitives entre eux. Mais les facteurs environnementaux et les stéréotypes de genre induisent une détection bien moindre des filles.

Et alors si elles vont bien?

Et alors…. les cabinets des psys reçoivent 4 garçons pour 1 fille avant l’adolescence et la tendance s’inverse à partir du collège….. 

La brochure s’adresse en premier lieu aux filles et à leurs parents, mais bien entendu à la famille élargie et aux éducateurs/enseignants qui les accompagneront dans leurs parcours.

 

A- La fille HPI

B- L’élève HPI

C- A l’adolescence

D- En tant que femme HPI

Chacune de ses parties est développée sous forme de conseil à la fille HP, suivis de conseils aux parents, parrains, marraines, grands-parents etc

De cette lecture de la première partie, vous trouverez mis en lumière des stéréotypes que, en tant que parents informés et convaincus, vous pensiez avoir réussi à éviter.  Elle n’est bien évidemment pas un réquisitoire féministe. La place du père, du parrain, de l’oncle y est entière. Il s’agit juste de reconnaître la petite fille douée pour ce qu’elle est et de l’aider ainsi à se réaliser pleinement.

 

De la partie élève (je rappelle que Doris Perrodin a eu une longue carrière d’enseignante), je suis certaine que vous retrouverez quasi toutes les caractéristiques de vos filles, que ce soit à propos des apprentissages, de la pression qu’elles s’infligent, des relations avec leurs pairs.  On a parfois l’impression que les conseils vont de soi. Mais à fréquenter les groupes sociaux de parents d’enfants HQI, je me rends compte que ce n’est pas toujours le cas… loin de là.

 

A l’adolescence, ou quand les problèmes se font plus présents et les choix plus importants… Tiens, je retrouve ma technique préférée du Pomodoro pour lutter contre la procrastination ou pour s’aider à arriver au bout des devoirs sans désespérer.

 

En tant que femme HPI… en tant que femme HPI, je me réjouis de la tournure des choses, je me réjouis que les filles, les femmes puissent y trouver une place plus facilement, plus à l’image de leurs compétences, plus reconnue.

Et Doris Perrodin a sa part dans cette transformation.

Étiquettes :

4Commentaires

Laisser un commentaire