Sur le chemin du TSA : un stress de performance

L’Ado est une élève modèle. Elle participe en classe, elle rend des devoirs impeccables, elle travaille.  Beaucoup.

Un plaisir pour les enseignants.

Mais pour elle ?  (pour nous?).

Il faut qu’elle réussisse tout parfaitement. Qu’elle travaille tout à outrance. Elle passe des heures sur des devoirs qu’elle a fait au brouillon en 5 minutes. Elle travaille sur ordinateur, mais la mise en page, par exemple, peut lui prendre un temps infini pour des détails que vous ne verrez pas plus que moi.

L’équitation est sa passion. Elle a rêvé du Sport-Etudes des années durant. Et pourtant elle était prête à l’abandonner à la prochaine rentrée car le moindre cours d’équitation lui cause un stress important.
Dès qu’elle a une possibilité de décevoir, elle est en stress, même si personne n’attend d’elle ni la perfection, ni la constance à être au top.

Elle recommencera tant que ce n’est pas parfait.

Elle est consciente de cela et m’a dit qu’elle avait besoin de ça pour se rassurer. Une leçon sue à la perfection, elle la révisera tous les soirs jusqu’à l’évaluation pour être certaine de ne pas regretter ne pas s’être donnée à fond.

Depuis très jeune, elle a imaginé / planifié sa vie future. Du présent à sa retraite. Avec beaucoup de détails. Au cours des années, ça ne change pas beaucoup.

Rien ne peut être simple. Si c’est simple, alors elle cherche la complexité car ça ne PEUT pas être simple.

Elle a passé les épreuves anticipées du baccalauréat série S en Juin dernier.  Elle a quelques 59 points d’avance. Enfin, c’est ce que calculerait n’importe quel lycéen. Quant à elle, si elle calcule quelque chose c’est le nombre de points d’avance par rapport à la mention TB. Et elle a été fort déçue de sa note à l’écrit, vraiment.

C’était également sa première année de concours CSO. Elle a réussi à se qualifier en Poney et en Club (2 championnats différents avec des concours différents) pour les Championnats de France.  Elle a participé en épreuve Club (on n’a pas le droit de faire les deux) avec un cheval ‘de remplacement’, celui qu’elle avait monté l’année durant s’étant salement blessé fin Mai. Le coach n’était tellement pas confiant qu’il lui a proposé de monter un autre cheval à 3 semaines du début des épreuves (cheval jamais monté). Et si elle n’a pas remporté de médaille, elle a fait un championnat individuel et équipe très honorable.  Mais bien sûr, si elle a trouvé sa monture « géniale », elle s’est trouvée « nulle ».

Le seul avantage de ce stress continue c’est que, dit-elle, elle est habituée. Aussi, par exemple, a-t-elle mieux géré la pression que ses camarades bien plus âgées.

Bon, pour l’Ado qui calcule sa moyenne au centième de point, qui se lance des défis sans arrêt, j’ai une lueur d’espoir. Elle m’a annoncé que pour son année de terminale, elle travaillerait « seulement » les 2 premiers trimestres!!!

Bon, ne vous réjouissez pas trop vite. Elle a compris que ParcourSup ne prenait en compte que ces trimestres et qu’elle pourrait donc consacrer son temps libéré… aux révisions du bac 🙂


Sur le chemin du TSA… tous les articles

2 Pingbacks

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :