Le sortir de son monde

Le sortir de son monde
Le sortir de son monde

Présentation de l’éditeur
« Nous ne pouvons plus garder Jules à l école, vous devez le placer en hôpital de jour. Là seulement on pourra le calmer »… Et achever de le couper des autres et de la vie, à 7 ans ? Florentine refuse. Son fils a des crises de violence, rejette tout le monde, mais a un Q.I. de 120, une mémoire et une créativité phénoménales. En plus, les psys se contredisent. L un le juge tout à fait normal, mais très perturbé par le remariage de sa mère, en somme c est sa faute ; l autre le trouve psychotique. Une amie dit un jour qu il est juste « dans son monde ». Aussitôt Florentine pense à l autisme. Mais Jules ne reste pas recroquevillé dans son coin, selon l image classique de cette affection. Il parle, il aime les mots… Seulement il n a jamais souri et ses cris sont des cris de détresse.
C est de cette détresse que Florentine, avec le soutien inconditionnel d Henri Leconte, a voulu le sauver, envers et contre tout. Contre la difficulté d obtenir une explication, contre l ironie ou la colère des médecins : non, l autisme, ce n est pas ça ! Eh bien si, c est ça, aussi. Une forme particulière de cet état dont la médecine est peu familière…
Jules est soigné dans ce sens depuis plusieurs années. Et lui qui restait si indifférent aux rires comme aux larmes de sa mère lui a dit l autre jour : « J aime pas quand tu pleures, maman. Ça ne va pas ? »
La petite phrase de tous les espoirs.

La lutte d une mère face à une affection mal connue de bien des médecins, à l inertie administrative et au refus d accepter de rembourser certains soins qui reviendraient pourtant moins cher que l hôpital public.

Biographie de l’auteur
FLORENTINE LECONTE, épouse et collaboratrice d Henri Leconte, le célèbre champion de tennis reconverti dans de nombreuses activités de consultant à la télévision. Elle a eu de son premier mariage un fils, Jules.

Divers

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : MICHEL LAFON (15 septembre 2011)

 

La Fille a beaucoup aimé ce livre. Elle a découvert le Syndrome d’Asperger à ce moment là. Une écriture qui nous fait partager le quotidien si lourd, mais si plein d’amour d’une famille (re)/(dé) composée.

La présentation de la méthode ABA, tant décriée, mais qui semble avoir eu tant de résultats sur Jules (ou sur Louis).

On partage (oups.. La Fille se dit que non, vraiment, le partage ce n’est pas cela), on se laisse envahir par les émotions devant les difficultés de Jules, la tenacité de sa mère et les progrès indéniables.

Un bien joli message d’espoir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :