QI Cui Cui
azimut.libre.over-blog.com/

La Fille est tombée (sans se faire mal, promis) sur un article du blog d’Azimut présentant une définition de la zébritude qui lui va bien. Si La Fille avait eu le talent, elle aurait pu l’écrire elle-même (et si et si… on aurait mis Paris en bouteille!).
Alors comme La Fille n’est pas tout à fait  schizophrène, et rend à César Azimut ce qui lui appartient. Alors pour lire l’article d’origine et découvrir les autres articles du blog


La première chose à dire est que ce fameux QI est un chiffre, un truc mesurable, par deux types de tests pratiqués par les psychiatres, dont on pensera ce qu’on voudra (et des tests et des psychiatres (Note de La Fille: non, par des psychologues). Ceci étant, la communauté scientifique s’accorde sur cette méthode de mesure. Les psychiatres (mais euh… psychologues!) s’accordent même à détecter la « surdouance » en dépit d’un chiffre non-significatif, mais en rassemblant un faisceau de « symptômes », préférons « signes » signifiants. Voilà, un chiffre une sorte de bonne ou de mauvaise note, et puis quoi ?????

Les neuro-biologistes (qui ne sont pas très copains avec les psy ou inversement et encore moins avec les psychanalystes) ont amenés une lecture nouvelle de ce chiffre. Ils l’ont considéré non plus comme une fin en soi, mais plutôt comme un élément indicateur de tas d’autres choses : personnalité, comportements, propension à certaines pathologies, psychopathologies, et plus généralement comme un élément expliquant en partie des rapports au monde et à la pensée particuliers.

Plomberie et cervelle

Je vais prendre une image à faire hurler un chercheur, un scientifique, un psy … Avoir un QI au-dessus de la moyenne, c’est comme avoir une plomberie foutue différemment des autres, dans laquelle les choses circulent différemment.

Différemment foutue, ça ne veut pas dire MIEUX foutue que les autres.

Si je devais continuer à filer la métaphore, je dirais que la plomberie surdouée a des tuyaux plus courts pour un certain nombre, avec des raccords, inopinés, entre eux. Dedans, ça circule dans des sens inhabituels, ça prend des raccourcis parfois pas très heureux, parfois chouettes. Du coup, ça va plus vite, souvent trop vite. Parfois, les tuyaux communiquent tellement entre eux que ça fait des boucles. Et puis il y a le problème du robinet. Y’en a pas. Enfin, si certainement, mais il est salement planqué et généralement on ne le trouve pas.

J’ai dû égarer quelques lecteurs, là.

Pour résumer, dans le cerveau d’un « surdoué », ça va plus vite, ça tourbillonne, ça ne s’arrête pas.
LE TRUC, c’est que c’est ce qui passe dans les tuyaux qui compte !!!!!!!!!!!!!!!!!
Je n’irai pas perdre mon temps à chercher le QI d’Himmler, Staline, ou autre. Je prends le pari qu’ils faisaient péter les scores, côté QI. J’ai rencontré, travaillé avec des gens que je suppose bien au-dessus de cette fameuse moyenne des 100 points. C’est parmi eux que j’ai rencontré les pires ordures, les plus humainement bêtes.

QI, super-pouvoirs, et universalité de la connerie.

L’article que j’avais écrit parlait déjà largement du revers de la médaille pour ceux qui font péter les scores aux tests des psy.
Je ne redirai sans doute jamais assez la culpabilité qu’il y a, à découvrir que la génétique, les acquis qui ont contribué à nous donner une plomberie hors-norme, ne nous ont pour autant pas menés à devenir chercheur en physique quantique, prix Nobel de littérature, ni même médecin, avocat, et j’en passe.

Une psychiatre-psychanalyste lacanienne m’a un jour envoyé à la figure cette phrase, que je cite avec exactitude et mot pour mot :
« Avec un QI pareil, je ne vois pas de quoi vous vous plaigniez, vous pouvez tout faire« .
Elle ne regardait que son dossier en prononçant cette sentence. Elle aurait croisé un mélange de stupéfaction, de colère et de tristesse si elle avait daigné me regarder en face. Si le QI donnait du cran, je me serai levée, et j’aurais claqué sa porte, sans payer.

  • Mon fameux QI ne me met pas à l’abri de la bêtise la plus pure.
  • Il ne m’aide pas à vivre en société.
  • Il m’a permis de faire des études moyennes en vivant sur mes « facilités ».
  • Il ne me rend ni meilleure, ni plus psychologue, ni plus intéressante, ni rien de plus que les autres.
  • Il me complique la vie, souvent. Parce que ma plomberie me fait fonctionner d’une manière qui peut être très pénible et incompréhensible pour les autres.
  • J’apprends plus vite (uniquement ce qui m’intéresse) et je comprends plus vite (uniquement ce qui m’intéresse) que d’autres, et j’ai parfois les réponses à des questions sans pouvoir justifier le chemin de pensée qui y mène et qu’on exige (dans le monde des études et du travail notamment) pour valider les choses. Youpi. Ouais, franchement, youpi ……….

Pour info, un QI très hors norme :

  • ne rend pas forcément fort en maths
  • ne donne pas de super-pouvoirs
  • n’exempte pas de la bêtise, de la stupidité, de la connerie la plus colossale
  • ne donne pas nécéssairement envie de rejoindre un club (MENSA et j’en passe)
  • ne donne pas de travail plus automatiquement qu’à quiconque
  • ne rend pas fort en orthographe
  • n’est en rien corrélé avec la Culture (ho, croyez-moi …;)
  • n’est en rien corrélé avec les qualités humaines
  • ne fait pas naître ingénieur, Einstein, ou George Steiner (ça pourtant j’aurais adoré)
  • ne facilite pas les rapports humains, affectifs, amoureux
  • ne donne pas la science infuse
  • ne rend pas riche à tout coup
  • ne fait pas se sentir supérieur aux autres ( ça c’est une névrose qui n’est pas dépendante du dit QI)
  • ne fait pas de celui qui en est « détenteur » un meilleur être humain
  • ne donne aucune compétence particulière en plomberie (La vraie, s’entend. Je sais juste démonter un siphon)

La connerie est, elle, universellement partagée et j’en prends ma part.

Les commentaires de l’article que j’avais pondu sont édifiants. Il y a les jaloux, les moqueurs, ceux qui comprennent et sont soulagés de découvrir qu’ils sont normaux.
Dans notre société et sa course folle à la performance, à la productivité, les tests de Qi online se multiplient, les tests de cabinets de recrutements se rapprochent beaucoup de la recherche de ce fameux chiffre. BEURK

Pour conclure, « Heureux les simples d’esprit; » Matthieu chapitre 5 verset 3

Il y a plusieurs années, dans une autre vie, Speed […] a imaginé l’intérieur de ma tête. Je ne peux le souhaiter à personne, malgré le talent de la cartographieuse :

 

https://i0.wp.com/www.gouts-doux.fr/images/aventures/aventure%202008_ladygrey.gif?resize=450%2C450

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :